Ouvert le jeudi 2 mars à Conakry, la réunion technique sur l’Initiative Africaine pour les Énergies Renouvelables (AREI) tend vers la fin. Ce samedi matin 4 mars 2017, le Premier ministre Mamady Youla, accompagné de son homologue du Gabon, Emmanuel Issoze Ngondet a présidé dans la salle de conférence du palais Mohamed VI, la phase préparatoire du Conseil d’Administration de l’AREI. Outre ces deux personnalités, il y avait le premier ministre Égyptien, le Président de l’Assemblée nationale de Guinée, les présidents d’institutions républicaines, Ségolène Royal, ministre française de l’environnement, de l’énergie et de la mer.

La conférence des chefs d’Etats et de Gouvernements Africains sur le Changement Climatique (CGACOC) et de l’AREI, a été institué en juin 2009 sur proposition du conseil exécutif de l’Union Africaine à l’Assemblée générale afin de préparer la 15eme Conférence des Parties (COP 15) à Copenhague. La CGACC est composée de l’Algérie, de la République du Congo, de l’Éthiopie, du Kenya, de l’île Maurice du Nigeria, de l’Ouganda, du président de l’Union africaine et la Présidence est assurée par le Président du Gabon depuis le 31 décembre dernier.

Dans son discours d’ouverture, Mamady Youla s’est dit heureux de recevoir toute cette panoplie de personnalités pour discuter de l’avenir de notre planète. « J’espère que les quelques heures que nous allons passer à discuter des questions d’environnement, des questions de nos populations, des questions de futur de nos États nous permettrons de passer le cap de la bonne volonté, de passer le cap des engagements, de passer le cap des rencontres nombreuses et multiples pour s’engager enfin résolument dans la phase opérationnelle; dans la réalisation des projets. Des projets qui finalement vont matérialiser l’engagement de nos chefs d’Etats, de doter notre continent des moyens. Pour enfin nous doter d’énergies renouvelables afin d’atteindre l’objectif de protéger notre planète des conséquences du changement climatique>>, a dit le premier ministre.

De son côté, Emmanuelle Issoze Ngondet, Premier ministre gabonais et coordinateur du CGACOC, a d’abord félicité les efforts du Président Alpha Condé et du Président Égyptien, Mohamed Alfata Alssissi pour leurs efforts ces dernières années dans les négociations climatiques, notamment lors de la dernière conférence de l’accord de Paris sur le changement climatique. « L’Union Africaine, comme vous le savez, a tracé la trajectoire que nous devons adopter à travers l’agenda 2063. Celui-ci, je veux parler de l’agenda 2063, sera au centre de l’action du CGACOC, sous la coordination du Gabon. C’est pourquoi le Président Aly Bongo, conscient que notre marche vers le développement climatique est encore longue, se propose durant son mandat de tenir son action sur les trois axes suivants : la consolidation des acquis et le renforcement des acquis sur le climat ;la mise en place d’un véritable axe de financement et de mobilisation de ressources financières nécessaire à la matérialisation de nos initiatives ; le maintien de la cohérence entre les principaux organes africains de lutte contre les changements climatiques », a-t-il annoncé.

À rappeler que dès le lancement du projet à Paris, un groupe de dix pays partenaires internationaux ; composé des pays du G7, rejoint par l’Union européenne, la Suède, et les Pays-Bas, se sont engagés à mobiliser au moins 10 milliards de dollars américains de 2015 à 2020, dans une déclaration conjointe de l’appui de l’AREI.

Du Palais Mohamed VI, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin