Mamadou Djouma Kanté est poursuivi pour des faits d’abus de confiance. Il est accusé par Madame Kadiatou Bah d’avoir refusé de restituer des objets qu’elle lui aurait confiés depuis 2015, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon madame Bah, c’est courant décembre 2015, au cours d’une opération de déguerpissement des gens qui occupaient l’emprise de la route, qu’elle a confié ses objets à Mamadou Djouma Kanté. Elle dit avoir confié à monsieur Kanté : quatre moteurs de congélateur, deux stabilisateurs, une porte et 11 feuilles de tôles. Et, dit-t-elle, lorsqu’elle a eu besoin de ces objets et elle les a réclamé, monsieur Kanté a refusé de les rendre. Vu ce refus, elle a porté plainte pour la première fois au niveau du commissariat centrale de Ratoma, où elle a été déboutée. Ensuite, elle a saisi le Tribunal de Première Instance de Dixinn, où le parquet a mis aussitôt le prévenu sous mandat dépôt.

Le dossier, déféré ce jeudi 9 mars 2017, au Tribunal de Dixinn pour être jugé, le prévenu a systématiquement nié les faits. Les voisins qui étaient nommément cités par madame Bah, pour apporter leurs témoignages, ont dit qu’ils n’ont jamais vu ces objets mentionnés par la dame. « Entre moi et Dieu, je n’ai pas vu les objets entré ou sortir de chez monsieur Diouma », ont témoigné Amadou Oury et Alpha Oumar Diallo.

Déçu de ces témoignages, la plaignante a dit qu’elle ne pensait pas que des personnes qu’elle croyait sages dans le quartier allaient témoigner des mensonges devant le Tribunal. Cependant, elle soutient mordicus, que ces objets qu’elle a confiés à monsieur Kanté n’ont pas été restitués. « Je réclame les quatre moteurs de congélateurs, la porte, le deux stabilisateurs et le 11 feuilles de tôles » a-t-elle martelé devant le Tribunal.

Le procureur Mohamed Samoura a, dans ses réquisitions, demandé à ce que le prévenu soit condamné à un an d’emprisonnement suivi de la restitution des objets réclamés par la partie civile.

Quant à la défense, elle sollicite la relaxe pure car dit-elle, aucune preuve n’a été démontrée devant le tribunal.

Au cours de la délibération, le président du Tribunal Thierno Souleymane Barry a relaxé le prévenu pour dit-t-il, «délit non constitué ».

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 664 413 227/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin