Du 7 novembre 2016 au 6 mars 2017, c’est au total 85 filles qui ont piqué de crise dans l’unique collège de la sous-préfecture de Koumbia, située à 35 km du chef lieu de la préfecture de Gaoual. Pour conjurer le mauvais sort, des sacrifices ont été organisés ce lundi 13 mars 2017, dans ladite sous-préfecture, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Joint au téléphone ce lundi, Mr Charles Pegayedi, principal du Collège de Koumbia, a retracé la genèse de cet événement dont son établissement est victime. « Pour un départ, ça c’est passé le 7 novembre 2016. Ce jour-là, ce sont 35 filles qui ont crié avant de tomber. On a été obligé d’arrêter les cours. Pour une deuxième fois aussi, nous avons enregistré les mêmes cas, c’était le 25 février 2017, quand 15 filles sont tombées. Le troisième cas, c’était le 27 février 2017 où au total 25 filles sont tombées. Et le dernier cas en date s’est passé le 6 mars 2017 dernier. Ce jour-là, 10 filles ont connu le même scénario », explique le principal.

Par ailleurs, Mr Charles Pegayedi ajoute que le même jour, un passant est apparu pour leur proposer une solution. « C’est le même jour qu’un vieil étranger en provenance de la sous-préfecture de Kakoni (une autre sous-préfecture de Gaoual, ndlr) nous a dit d’égorger un animal aux cornes rouges, un coq rouge et sept colas rouges pour implorer la grâce de Dieu afin que des telles actions ne se répètent plus. Et c’est ce que nous avons fait ce lundi 13 Mars 2017 avec une lecture du Saint Coran », a expliqué le principal.

En fin de cérémonie, tous les os, cornes, peaux ont été mis dans un trou creusé à cet effet, conformément aux recommandations du marabout.

Amadou Oury Souaré pour Guineematin.com

Tél.: (+224) 628 42 16 32

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin