Beyla : Abdoulaye Kourouma tire à boulets rouges sur le préfet qu’il accuse d’être derrière son incarcération

Récemment sorti de prison, le jeune leader du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD), Abdoulaye Kourouma a tiré à boulets rouges sur le préfet de Beyla, d’où il est originaire. C’est à travers une conférence de presse qu’il animée ce jeudi 16 mars 2017 à son siège à Sangoyah, que monsieur Kourouma est revenu sur sa mésaventure à Beyla où il a passé 20 jours de détention, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

La récurrence des conflits entre agriculteurs et éleveurs dans cette région est liée à l’arrestation d’Abdoulaye Kourouma. Selon lui, des affrontements ont eu lieu récemment entre les villages de Moymadou et Karala, situés à environ 130 kilomètre de Beyla. Des cases ont été brûlées avec de nombreux dégâts matériels. L’implantation des éleveurs de zébus « avait pourtant été interdite dans les secteurs et districts de la sous-préfecture de Karala, sur demande des sages des villages, parce que les dégâts causés par ces zébus sont énormes aussi bien sur l’environnement que sur l’agriculture. Les villageois se sont révoltés et ont chassé les sous-préfets et les maires des communes rurales qu’ils accusent d’avoir permis l’installation des éleveurs de zébus », a expliqué Abdoulaye Kourouma.

En visite privée dans la région d’où il est natif, Abdouylaye Kourouma a dit aux médias que le préfet de Beyla, Lamine Cissé l’accuse d’avoir soufflé sur les braises à l’occasion de récents affrontements liés à « cette invasion ».

« Pendant que je cherchais à éteindre l’incendie à Karala, c’est le préfet de Beyla qui me fait arrêter. Il a mobilisé la police, la gendarmerie et même l’armée avec un mandant d’amener pour m’envoyer à Beyla le 14 février 2017. Il m’accuse de rébellion, d’incitation à la violence et de vouloir faire un coup d’Etat. Après avoir passé 4 jours au poste de gendarmerie, je suis finalement envoyé à la prison civile. Mais, le juge de Paix de Beyla, a joué son rôle en cherchant à savoir la base du problème. Ceux qu’on avait dit avoir porté plainte contre moi ont tous désisté, alors que certains membres de mon parti avaient été aussi arrêtés sur ordre du préfet de Beyla. Lamine Cissé a reçu de l’argent de la part des éleveurs de zébus et il a donné une partie aux gens des villages en leur disant de les laisser s’installer pour que l’Etat puisse construire des écoles là-bas. Ce qui n’a pas été du goût des villageois », a soutenu Abdoulaye Kourouma.

Par ailleurs, il ajoute que finalement, aucune charge n’a été retenue contre lui par le juge de Paix de Beyla qui l’a libéré le 6 mars 2017 et dont il a salué le professionnalisme.

Par contre, Abdoulaye Kourouma soutient que le préfet de Beyla se comporterait en petit roi sur les lieux, influençant qui il veut.

Désormais, il est entrain de voir avec sa formation politique ce qu’il y a lieur de faire après avoir été privé de sa liberté pendant trois semaines.

Enfin, le président du RRD estime être sorti renforcer de cette épreuve qui le pousse davantage à l’action.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS