Lutte préventive contre Ebola : Dr. Sakoba Keïta et les partenaires présentent l’essai clinique PREVAC

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), en partenariat avec l’ONG Alliance pour l’Action Médicale Internationale (ALIMA) et les autorités guinéennes, ont présenté ce mardi 28 mars 2017, au siège de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), l’essai clinique de phase 2 portant sur des candidats vaccins contre la maladie à virus Ebola. Contrairement aux autres vaccins de lutte contre Ebola utilisés jusque-là en Guinée, cet essai vaccinal PREVAC (Partenariat pour la Recherche sur la Vaccination contre Ebola) qui a commencé hier lundi 27 mars 2017 à Kaloum, va toucher 2 500 personnes de 1 an ou plus, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, plus de 5 000 adultes et enfants, vivant en Guinée, au Liberia et en Sierra-Leone, les zones les plus touchées pendant l’épidémie de fièvre Ebola de 2014 à 2016 en Afrique de l’Ouest, participeront à cet essai. En Guinée, deux centres d’étude ont été mis en place, l’un à Conakry (au centre ville) et l’autre à Maferinyah.

Dans sa communication, le Dr. Sakoba Keita, Directeur de l’ANSS, a dit que c’est en décembre 2014, face au nombre croissant des cas d’Ebola et aux échecs des stratégies mises en place par la coordination de lutte d’Ebola, qu’il a été demandé d’explorer de nouvelles stratégies de contrôle de cette épidémie. Ainsi, réceptif à ces demandes, le gouvernement guinéen a exploré des vaccins.

Pour le cas spécifique du vaccin PREVAC, le directeur de l’ANSS dit qu’il est préventif et permettra au peuple de Guinée d’être mieux préparé. « au cas où il y aurait une nouvelle recrudescence, qu’on puisse l’étouffer avant même qu’il ne sorte dans le village où ça va commencer », a-t-il expliqué.

De son côté, Dr. Abdoul Habib Béavogui, investigateur principal de l’essai clinique PREVAC en Guinée, a dit que l’objectif des premiers vaccins déclarés par l’OMS était de circonscrire Ebola et ont ciblé les contacts des malades. « Maintenant, la spécificité de notre essai vaccinal, c’est que quand vous êtes protégés, c’est pour combien de temps ? C’est la durabilité de l’essai (…). Une des particularités, c’est l’inclusion des enfants dans cet essai vaccinal parce que le premier vaccin utilisé en Guinée ne concernait que les adultes », a-t-il dit.

À rappeler que la démarche vise à évaluer 3 stratégies vaccinales pour protéger les personnes de la maladie à virus Ebola et sera réalisé en deux étapes.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 1

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS