Le procès opposant Thierno Nouhou Diallo, cambiste à Mamadou Taïbou Bah (plus connu sous le nom d’Oustaz Taïbou), et sa femme, Hassatou Baldé, s’est poursuivi ce lundi 27 mars 2017, au TPI de Mafanco. Pour cette 3ème audience, ce sont les témoins des parties au procès qui ont comparu pour expliquer ce qu’ils savent de ce dossier portant sur un montant de 8 milliards 86 millions de francs guinéens au préjudice du jeune cambiste, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Cités par la partie civile (les avocats du plaignant, ndlr), Elhadj Mamoudou Guissé Diallo et Elhadj Tidiane Koula ont dit devant le tribunal avoir vainement essayé de régler le litige à l’amiable. Pour l’opérateur économique Elhadj Mamoudou Guissé, après avoir appris que « mon ami avait des problèmes avec l’arrestation de sa femme, je l’ai approché pour chercher à voler à son secours. On m’a dit que sa femme avait acheté du poisson à Tchangy Pêche et que la vente de ces poissons pouvait aider à payer une partie des créances. Oustaz Taïbou étant un ami, j’ai demandé à ce qu’on rencontre sa femme pour qu’on me montre le poisson. Je m’étais engagé à lui avancer 4 milliards de francs guinéens et qu’on me donne le poisson que j’allais revendre pour récupérer mon argent et le laisser avec le reste. Arrivé à la maison centrale, sa femme nous a dit qu’il n’y avait pas de poisson. Donc, je ne pouvais plus donner mes 4 milliards. Et Oustaz Taïbou n’a jamais nié devoir de l’argent à Thierno Nouhou », a-t-il dit.

Abondant dans le même sens, le second témoin qui n’est autre que le président des cambistes de Guinée, Elhadj Tidiane Koula a dit avoir fait des pieds et des mains pour ne pas qu’on en arrive à un procès. Selon lui, il a été jusqu’à Dakar avec Oustaz Taibou pour chercher à s’assurer qu’il y avait du poisson qui servirait à payer la créance. Mais là, ni poisson ni argent n’ont été donnés par le couple après qu’Elhadj Tidjane ait passé 12 jours dans la capitale sénégalaise. Il maintient que la reconnaissance de la dette signée par madame Hassatou Baldé et le plaignant Thierno Nouhou a eu lieu chez lui.

Deux témoignages qui ont conforté la partie civile et le procureur, décidés à démonter les arguments de la défense. Des échanges très houleux vont s’en suivre entre Elhadj Mamoudou Guissé Diallo et les avocats de la défense, prêts à tout pour sauver la tête de leurs clients.

De son côté, la défense a fait appel à deux témoins qui n’ont pas convaincu au regard de leur prestation. Mohamed Rajjay Bah et Mamadou Sarifou Dramé ont presque tenu les mêmes propos. Pour Sarifou Dramé: « c’est après avoir vu les choses se compliquer que les ressortissant de Pita, d’où est originaire Oustaz Taïbou, ont formé une commission. La démarche visait à rencontrer Oustaz, sa femme Hassatou Baldé et le plaignant en vue d’y voir plus clair. On a rencontré les deux camps séparément, mais ils n’étaient pas d’accord sur les montants que l’un devait à l’autre. Nous avons voulu qu’il y ait confrontation, mais nos mandataires n’ont pas permis de continuer », a soutenu monsieur Dramé.

Le dossier est reporté au jeudi 30 mars 2017 pour la suite des débats alors que le tribunal avait déjà rejeté la demande de liberté provisoire faite par la défense il y a de cela 4 jours.

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guinematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin