Dans la nuit de ce mercredi à jeudi, 30 mars 2017, une forte pluie accompagnée d’orage s’est abattue sur la ville de Conakry. Des dégâts ont été enregistrés un peu partout dans la capitale guinéenne, notamment au quartier Cobaya, dans la commune de Ratoma où il y a eu un mort.

La victime, Mamadou Hawa Diallo, mariée était préoccupée par la sécurité de ses trois enfants et aussi des biens que la tornade commençait à emporter. A 3 heures 30, quand elle s’est réveillée, l’eau avait commencé à stagner dans la cour et drainait les objets qui traînaient dans la cour. La jeune dame s’est alors dirigée vers le portail de la cour dans le but de l’ouvrir afin de faciliter l’écoulement de l’eau.

Malheureusement, le courant d’eau était beaucoup plus fort qu’elle ne pouvait l’imaginer. Elle n’a donc pas réussi à ouvrir le portail qui était d’ailleurs cadenassé. Et, ses appels au secours ont coïncidé à la sortie d’une voisine, Harissatou Barry.

« Quand la pluie a commencé, je suis sortie pour chercher de l’eau. Et, c’est en ce moment que j’ai Hawa Diallo accrochée à la porte. Elle m’a alors demandé de venir l’aider à ouvrir la porte. Entre temps, je me suis approchée. Mais, malheureusement, à deux, nous n’avons pas pu ouvrir le portail qui était cadenassé », rapporte Harissatou Barry.

Poursuivant ses explications, cette jeune dame a dit que c’est cette vague d’eau qui a emporté sa voisine. « Dans nos efforts, l’eau nous a poussées et nous nous sommes retrouvées sous le portail qui était soulevé par la force de l’eau. Hawa criait et chacun d’entre nous se débattait. Je me suis accrochée au pilier des voisins un long moment. Ce qui a fait que je me suis blessée. J’ai appelé au secours. Mais, personnes ne pouvait venir en ce moment parce que les vagues étaient puissantes. Quand il y a eu accalmie, les voisins sont venus me chercher. Et, j’ai demandé que les enfants de Hawa Diallo soit protégés ; car, leur maman a été emportée par l’eau de ruissellement…», témoigne la rescapée.

Selon certaines explications, ces inondations sont provoquées par la fermeture de la seule issue par laquelle l’eau de ruissellement était évacuée. Pour monsieur Mohamed Bérété, les caniveaux qui ont été faits lors de la construction des transversales sont la principale cause des inondations dans le quartier Cobaya. « Nous les avons prévenus des risques d’inondations que nous accourons quand ils se sont limités là dans la construction des caniveaux.

Malheureusement, nous n’avons pas été entendus. La seule sortie de l’eau qui existait est maintenant fermée. L’eau n’a plus de choix que se frayer un passage. Tout cela, parce que les travaux ont été mal faits », a-t-il dénoncé, avant de solliciter : « Si le gouvernement ne nous aide pas pour terminer les caniveaux, nous risquons gros pendant la saison des pluies qui s’annonce. Pire, la nouvelle station en construction est maintenant sur le seul passage qui nous sauvait. Il faut que l’État prenne ses responsabilité », insisté Mohamed Bérété.

A rappeler que le corps sans vie de madame Mamadou Hawa Diallo n’a pu être retrouvé qu’à 9 heures 40’, ce jeudi dans la rivière de Cobaya. Après le constat, les agents de la gendarmerie et de la police criminelle qui étaient sur place, la dépouille a été transportée à la morgue de l’hôpital national Ignace Deen, en attendant le retour de son époux. Monsieur Alassane Diallo, le mari de la victime, est originaire de la sous-préfecture de Kona, préfecture de Tougué. Au moment où son épouse se battait contre la vague d’eau qui l’a emportée, monsieur Diallo était à Bissikirima où il est gérant d’une station de carburant. Il est actuellement attendu à Conakry pour l’inhumation de la mère de ses enfants.

Paix à l’âme de madame Mamadou Hawa Diallo, amen !

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 84 85 01

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin