Le jeune militant de l’UFDG, Aliou Konah Diallo, devenu lieutenant de guerre du député uninominal de Tougué, honorable Dr Alpha Mamadou Baldé, demande aujourd’hui une mobilisation générale des militants de son parti contre le secrétaire administratif du bureau fédéral, Daouda Diallo a appris un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Le jeune Aliou Konah Diallo a fait cette déclaration en réaction à la dernière sortie médiatique du secrétaire administratif de la fédération UFDG de Tougué, Daouda Diallo l’accusant d’être manipulé par le député uninominal, Dr Alpha Mamadou Baldé, contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

« Il a estimé que je suis manipulé, instrumentalisé. Ce n’est pas vrai. Je n’ai été ni manipulé, ni instrumentalisé. S’il y a peut-être quelqu’un qui est manipulé, c’est bien lui. Moi, je pense que ce qu’il est entrain de faire ne vient pas exactement de lui seul. Il y a certaines personnes qui se cachent derrière lui et qui se cachent derrière le rideau. Ce sont eux qui sont entrain de dicter ce que monsieur Daouda Diallo est entrain de faire à visage découvert, sur la place publique. Je l’invite à calmer ses ardeurs. Je comprends qu’il cherche vaille que vaille à être maire de Tougué mais il doit réduire ses ambitions démesurées et ses ambitions aveuglées. Nous le connaissons, parce qu’il a été chef de quartier à Tougué I. Nous connaissons ce qu’il a fait. Je suis d’accord qu’il dise qu’il ne me connait pas, parce qu’il n’est pas sur le terrain. Nous ne nous connaissons qu’avec les colonels qui nous gèrent sur le terrain du combat. Il s’agit là du député, de monsieur Sacko et de tant d’autres qui gèrent les soldats de l’UFDG sur le terrain. C’est pour lui dire de se ressaisir et de présenter des excuses au député uninominal pour revenir dans les rangs. Je suis entrain de défendre comme ça l’élu de plus de 45.000 personnes. Lorsque Bah Oury a attaqué ici Elhadj Cellou Dalein Diallo, tout le monde s’est levé y compris la fédération de Tougué. Cette fois-ci je demande donc à tous les militants de l’UFDG de Tougué ou d’ailleurs de dire non à monsieur Daouda, parce que Dr. Alpha Mamadou Baldé représente pour nous de la préfecture de Tougué ce que représente Elhadj Cellou Dalein Diallo pour la Guinée », justifie-t-il.
Aliou Konah a tenu aussi à préciser que l’UFDG n’est pas là pour faire la promotion d’une seule famille : « monsieur Daouda cherche à être maire au moment où elle a une sœur qui est membre du conseil communal.

Une autre de ses sœurs est députée à l’Assemblée Nationale. Est-ce que les autres familles vont accepter que ça soit toujours la même famille ?», interroge-t-il avec insistance.

A la question de savoir si notre interlocuteur ne verse pas ainsi dans le système de « deux poids, deux mesures » sachant que Mohamed Sacko Barry assumait cumulativement les fonctions de secrétaire fédéral du parti et de président de la délégation spéciale, Aliou Konah répond : « Mohamed Sacko Barry a été élu secrétaire fédéral du parti pour un mandat de 5 ans. Lorsqu’il s’est porté candidat pour le poste de président de la délégation spéciale, personne n’a trouvé à redire.

Même monsieur Daouda Diallo ne s’est pas opposé. Nous savions aussi que c’était pour une période de transition ne devant pas excéder 6 mois. On ne pouvait donc pas lui demander de libérer son poste de secrétaire fédéral du parti pour cette mission de courte durée », fait-il observer.

Revenant sur les relations de complicité entre monsieur Daouda Diallo et l’actuel préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé, le jeune Aliou Konah insiste, persiste et signe que la délégation de l’UFDG l’ont effectivement trouvé dans le bureau de l’autorité préfectorale.

« Je ne dis pas que les deux parlaient de la succession de Mohamed Sacko Barry. Mais, lorsque la délégation de l’UFDG s’est retirée pour aller chercher à désigner l’intérimaire du président de la délégation spéciale interpellé, monsieur Daouda Diallo n’a pas suivi. Il est resté avec Elhadj Abdourahmane Baldé dans le bureau du préfet de Tougué », indique-t-il.

Au-delà de ces attaques contre attaques par médias interposés entre deux hauts responsables de la fédération UFDG de Tougué, l’observateur averti a aujourd’hui le droit de s’interroger sur le silence de la Direction Nationale du parti qui, apparemment, laisse faire. Pour quel but ? L’avenir nous le dira avec éloquence.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin