Le procès opposant le cambiste Thierno Nouhou Diallo au couple Oustaz Taïbou Bah et madame se poursuit au tribunal de première instance de Dixinn, dans l’après-midi de ce vendredi 7 avril 2017, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Après la plaidoirie des avocats de la partie civile et le réquisitoire du procureur, ce sont les avocats de la défense qui plaident.

Défendant les intérêts du plaignant, Maître Alseny Aïssata Diallo s’est vigoureusement attaqué au coupe Taïbou : « la femme de Taïbou lui a servi d’entonnoir pour ruiner Thierno Nouhou Diallo pour le rendre misérable. Aujourd’hui, Thierno Nouhou est un misérable », a dit l’avocat de la partie civile, avant de demander au tribunal de retenir Oustaz Taïbou et sa femme dans les liens de la culpabilité, « en les condamnant à payer les montants dus et des dommages et intérêts de 6 milliards ».

« Madame la présidente, vous avez une partie du pouvoir divin. Servez vous en pour réprimer les prévenus. Vous dissuaderez d’autres candidats à passer à l’acte. Vous protégerez les citoyens. Je vous prie de sévir sans arrière pensée. Vous aurez rendu service aux justiciables », a ajouté Maitre Alseny Aissata Diallo.

De son côté, le procureur, Lazare Mamady Bauret, est d’abord revenu en détail à sur les différentes péripéties de ce dossier, allant de la première remise de 15 mille dollars à madame Hassatou Baldé et à son remboursement jusqu’à l’ouverture de la procédure judiciaire.

Pour lui, Oustaz Taïbou à servi d’appât pour donner du crédit à l’entreprise d’escroquerie. Taïbou Bah n’est pas complice ; mais, il est coauteur d’escroquerie. Pendant qu’il signait l’acte de reconnaissance des six milliards, l’ambiance était conviviale entre les deux. Taïbou n’est pas un philanthrope pour signer gratuitement six milliards. Ce qu’on peut contester, c’est le montant des 8 milliards ; mais, pas autre chose, car il y a eu signature. Pire, il n y avait pas 83 mille cartons de poissons comme l’a démontré le témoin Mamoudou Guissé. Donc, où se trouve l’argent ? », s’est interrogé le procureur, précisant qu’il y a bien eu escroquerie.

Finalement, le procureur, Lazare Bauret, a requis 18 mois de prison pour madame Hassatou Baldé et une amende de 500 mille FG.

Pour Oustaz Taïbou, le procureur a requis 18 mois dont 12 assortis de sursis et une amende de 500 mille francs guinéens.

A suivre, la plaidoirie des avocats de la défense.

Du TPI de Mafanco, Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin