Dr. Amadou Mouctar Diallo, médecin légiste de l’hôpital régional de Labé

Dans la nuit d’hier à aujourd’hui, une jeune dame de 21 ans est morte à la compagnie territoriale de la gendarmerie de Labé. Ce qui a entraîné assez de commentaires et d’interprétations. Au départ, les gendarmes avaient même été accusés de l’avoir tuée lors d’un interrogatoire. Une version contestée par le porte parole de la gendarmerie nationale

Egalement, le médecin légiste de l’hôpital régional de Labé, Dr. Amadou Mouctar Diallo, qui a reçu Guineematin.com ce samedi, a confirmé la thèse de la « mort subite sans violence ».

Selon Dr. Amadou Mouctar Diallo, la gendarmerie a déposé le corps d’une fille âgée seulement de 21 ans à la morgue de l’hôpital régional dans la nuit du vendredi au samedi, 8 avril 2017.

« L’examen sommaire n’a montré aucun signe de violence sur la victime pouvant nous permettre d’approfondir les investigations. Et puisqu’il n’y a aucune plainte derrière le corps, nous avons conclu à la mort subite. Nous avons finalement restitué le corps de la victime à ses parents qui se sont présentés à nous en compagnie du chef du quartier », a confié Dr Amadou Mouctar Diallo.

Il est à noter que c’est très tôt dans la matinée de ce samedi que la famille de la victime a récupéré son corps en vue d’organiser son inhumation dans la Commune Urbaine de Labé.

En raison de la pudeur et de l’honneur de la famille concernée, recommandés par le principe du secret médical, le médecin légiste n’a pas voulu confirmer ou infirmer l’effet de l’alcool comme cause du décès de la jeune fille.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin