Suite à l’annonce d’une interdiction du meeting du président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein Diallo, à N’Zérékoré, un reporter de Guineematin.com a joint au téléphone, dans la soirée de ce vendredi 21 avril 20017, l’opposant Docteur Faya Millimono qui est lui-même en tournée de prise de contact avec ses militants à l’intérieur du pays.

Le président du Bloc Libéral a dénoncé « l’abus de pouvoir » de la part des autorités guinéennes : « C’est un abus de pouvoir. Un parti légal a le droit de rencontrer ses militants et sympathisants. Je ne crois pas que nous sommes dans une situation d’Etat d’urgence où les libertés individuelles sont suspendues. On ne peut pas interdire à quelqu’un de rencontrer ses militants. Je crois que les gens ont commencé à exagérer. Ils doivent comprendre que nous avons pleinement le droit de rencontrer nos militants partout où nous voulons », a rappelé l’opposant.

A la question de savoir ce qu’il faut pour éviter d’éventuelles violences, le Président du Bloc Libéral estime que c’est encore au pourvoir de se ressaisir et de comprendre que l’Etat de droit a des exigences. « La démocratie a des exigences. On ne peut sélectionner ce qui nous arrange et jeter le reste. S’il y a violence, le pouvoir sera tenu responsable de tout ce qui pourrait arriver », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Docteur Faya Millimono a indiqué que lui-même est actuellement à Kindia dans le cadre de sa tournée de prise de contact avec les militants et responsables de son parti. « Après la Forêt et la Haute Guinée, nous sommes actuellement à Kindia. On est entrain de travailler avec nos structures pour voir là où on a la chance de gagner. Dès notre arrivée à Conakry, je vais encore ressortir pour la Moyenne Guinée et le reste de la Basse Côte », a-t-il indiqué.

Entretien réalisé au téléphone par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin