Comme chaque weekend, l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir, le RPG-Arc-en-ciel, s’est tenue à son siège au quartier Béhanzin, dans la commune de Matoto, ce samedi 22 avril 2017, . La séance, présidée par Ibrahima Boiro, membre du bureau politique national, a été principalement axée sur les routes et sur l’assainissement, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

L’on se souvient qu’au cours d’une assemblée ordinaire, Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, avait promis le retour périodique et régulier des députés issus du RPG pour rendre compte des activités de l’assemblée nationale. C’est dans cette dynamique que le député Ali Kaba, a pris la parole ce samedi.

Dans son allocution, le député a surtout mis l’accent sur les prêts contractés par l’Etat guinéen auprès des partenaires pour la réalisation de certains projets. « Pour cette session, il y a beaucoup de codes parmi lesquels il y a le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le code des collectivités retourné après l’amendement du président de la République, le code sur le Haut conseil des collectivités et tant d’autres. Mais avant, nous avons entamé des travaux sur un certain nombre d’accords de prêt. Ces accords de prêt que notre pays a eu à sceller avec des institutions comme la BID et le Fonds Africain de Développement consistent à obtenir des prêts concessionnels. Ça veut dire que nous les empruntons, nous les remboursons avec des taux très raisonnables », a dit l’honorable Ali Kaba.

En ce qui concerne le prêt accordé par la Banque Islamique de Développement (BID), l’honorable Kaba affirme qu’il sera orienté dans la réalisation des routes à l’intérieur de la Guinée. « Quand nous prenons le prêt avec la BID, ça sera utilisé pour faire des routes. A partir de ces prêts, la route Kouroussa-Dabola sera entièrement réalisée. Également la route Kondebadou-Guékédou sera réalisée sur 18 km avec ce fonds. Ce fonds est donné à la Guinée, mais est destiné au ministère des travaux publics », a-t-il précisé.

Sur le deuxième point inscrit à l’ordre du jour, c’est Sékou Camara, le nouveau directeur de l’Agence Nationale de l’Assainissement qui a expliqué aux militants le fondement de ses actions sur le terrain.

« Lorsque vous venez dans un service, vous voulez imprimer votre marque, vous voulez agir pour bénéficier de la confiance de celui qui vous a nommé, c’est d’abord être à l’écoute de tous ceux qui sont dans le secteur pour comprendre mieux pourquoi un tel problème se pose dans le domaine. Dans ce cadre, j’ai fait venir tous les acteurs de l’assaisonnement, j’ai écouté tout le monde et j’ai fini par comprendre pourquoi Conakry est sale, pourquoi Conakry croupit dans les ordures », a-t-il expliqué.

Après avoir fait le diagnostic, le patron de l’assainissement revient sur son plan d’action et le dispositif de lutte contre la saleté, mais affirme être confronté à un manque de financement pour la mise en pratique de son plan.

Sékou Camara conclut en affirmant qu’à ce jour, la capitale Conakry a besoin d’un certain nombre d’équipements pour se débarrasser des ordures avant les grandes pluies : 200 bacs à ordures, des lèves-conteneurs, des bennes, des pelles et autres matériels sont aujourd’hui indispensables.

Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin