Depuis bientôt une semaine, précisément le lundi dernier, 17 avril 2017, la famille de monsieur Aliou Kanté, notable du quartier Nassouroulaye II, secteur 2, de la commune de Ratoma à Conakry, est confrontée à une situation particulièrement pénible liée à l’apparition d’un feu mystérieux dans sa concession. Et qui oblige les 11 familles occupant les trois bâtiments avec pas moins de 70 hommes, femmes et enfants de dormir à la belle étoile depuis cinq jours, a confié à Guineematin.com une des victimes, rencontrée sur place par un de nos journalistes, dans la soirée de ce vendredi, 21 avril 2017.

Sur les lieux, le spectacle est saisissant et plein d’émotion au vu des bagages entassés et étalés sous les manguiers et entre les bâtiments, sous les yeux impuissants des 11 chefs de famille et leurs conjointes.

Interrogé sur l’origine du drame, Amadou Dian Barry, l’un des locataires, raconte que tout parti le lundi, 17 avril 2017, vers 16 h. « Mon protégé, Amadou Siradiou, venu boire de l’eau a vu la fumée se dégager sur la tête du lit. Il est sorti alerter les voisins qui sont venus éteindre le feu. Le mardi, 18 avril, une autre chambre, habitée par un autre couple a pris feu dans les mêmes circonstances. Mme Aïssatou, l’épouse d’Alpha Oumar y dormait. C’était vers 17 h. le feu avait pris toute la chambre jusqu’au plafond avant que la dame ne se réveille paniquée. Le mercredi, ce fut encore le tour de ma maison de prendre feu à travers le matelas. Il était 9 h du matin », explique M. Barry, le visage complètement cassé.

Il ajoute que pendant tous ces incendies qui se sont répétés, le jeudi et ce vendredi, il n’y avait pas de courant. Et rien n’était allumé à l’intérieur et parfois, les feux se manifestaient à la fois dans deux à trois endroits différents.

Pourtant, « depuis 25 ans que ces bâtiments sont construits, il n’y avait jamais eu d’incendie, ni ici, ni dans l’entourage », certifie le concessionnaire Aliou Kanté.

Curieusement, depuis le début de ce drame qui a obligé les occupants à vider les bâtiments de leur contenu, en attendant une solution, le Chef du quartier, Mamadou Lamarana Bah, informé, n’a pas encore fait le déplacement, cinq jours après.

Selon les victimes, c’est plutôt son adjoint, monsieur Sow Oumar qu’il a dépêché sur les lieux. Le doyen à la tête d’une délégation, a lui-même échangé avec notre reporter. Les voisins et proches parents continuent d’affluer la concession pour tenter de remonter le morale des victimes.

Heureusement qu’en termes de dégâts, tout se résume sur des lits endommagés, des matelas et nattes consumés ainsi que de pots de fleurs et n’a fait ni blessé ni perte en vie humaine.

Ne sachant pas l’origine de ce drame ni comment le combattre pendant que la pluie menace à tout moment, monsieur Kanté et ses infortunés multiplient les prières et les sacrifices pour implorer la miséricorde d’Allah en vue de vaincre ce malheur.

Par ailleurs, ils lancent un appel pressant à toutes les bonnes volontés de tous les horizons à travers le pays et ailleurs, opérateurs économiques, scientifiques, ONG locales, nationales et internationales, société civile, syndicat, institutions républicaines et surtout à l’Etat au plus haut niveau, à leur venir en aide. Plus tard, ce sera trop tard.

Pour tout geste moral, matériel ou financier, prière de contacter directement monsieur Aliou Kanté au numéro : 00224 628 34 54 14.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin