Ils sont 1 766 électeurs français qui sont attendus dans l’unique bureau de vote installé à l’ambassade de France à Conakry pour les français résidants en Guinée et en Sierra Leone, rapportent les journalistes de Guineematin.com qui sont à l’ambassade depuis la matinée de ce dimanche 23 avril 2017.

Parmi ces français rencontrés, il y a plusieurs bi-nationaux ; des franco-guinéens ou originaires d’autres pays africains comme Niomi Lumumba, la fille du leader congolais Patrice Lumumba dont la maman est actuellement en service au lycée français Albert Camus de Conakry.

Au nombre d’électeurs interrogés par Guineematin.com peu après leur vote, une guinéo-française a déploré la publication par un site belge d’un sondage qui influence le vote. Notre interlocutrice- qui n’a pas voulu être filmée ou citée- dit avoir elle-même voté à défaut parce qu’elle a accordé son bulletin à un candidat qui n’était pas son choix pour ne pas que le couple Fillon-Le Pen soit au second tour.

À rappeler qu’à Conakry, ce ne sont pas tous les candidats qui sont représentés. Les plus soutenus sont Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Bénoît Hamon et François Fillon.

Contrairement à l’élection présidentielle guinéennes, ici, il n’est pas obligatoire de présenter une carte électorale. C’est le cas pour tous les français résidants à l’étranger. Il suffit à l’électeur de présenter une des trois pièces d’identification : la carte consulaire, le passeport ou alors la carte d’identité nationale française.

Enfin, depuis la mi-journée, l’affluence a considérablement baissé.

À suivre !

De l’ambassade de France à Conakry, Abdallah Baldé et Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin