Située à 50 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Mamou, sur la nationale Mamou-Kindia, le district de Linsan relevant de la sous-préfecture de Sougueta dans la préfecture de Kindia, continue d’enregistrer des séismes. Deux semaines après les multiples secousses qui avaient terrorisé les citoyens cette localité, la terre à une nouvelle fois tremblée dans la nuit de Dimanche à Lundi 24 Avril 2017, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Selon nos informations, les secousses ont été ressenties aux environs de quatre heures du matin. « Dans la nuit de Dimanche à Lundi 24 Avril, à 4 heures 25 minutes, nous avons enregistré une première secousse. Puis, une seconde secousse a été ressentie à 6 heures 00. Cette dernière a fait un grand bruit qui a effrayé tout le monde. Les citoyens ont été obligés d’abandonner leurs maisons par peur qu’elles s’écroulent sur eux », a confié au téléphone de Guineematin.com une source sécuritaire qui dénonce l’inertie des autorités face à cette situation qu’il trouve pourtant, à la fois, préoccupante et inquiétante.

Joint au téléphone cet après-midi par la rédaction de Guineematin.com à Mamou, le président du district de Lynsan, monsieur Ibrahima Kaké a présenté ces dernières secousses comme les pires, jamais enregistré dans sa localité.

« Nous avons l’habitude d’enregistrer des séismes à Lynsan. Mais, ce qui s’est passé aujourd’hui à 4 heures du matin a dépassé la limite. Les secousses ont été ressenties dans tout le district. La terre a sérieusement tremblé et si cela avait continué, on aurait parlé de catastrophe. Des fissures ont été observés sur les murs de plusieurs bâtiments et les gens sont pris de panique », a expliqué monsieur Ibrahima Kaké tout indiquant que l’autorité préfectorale de Kindia est déjà informé de ces nouvelles secousses.

Dénonçant l’inertie du gouvernement face à ces multiples séismes qui accablent ses citoyens, le président du district de Lynsan a confié : « si cela s’était passé sous d’autres cieux, l’Etat allait se pencher sur une évacuation des populations. Parce que c’est grave ce qui se passe à Lynsan. Mais pour l’instant aucune autorité n’est venu sur place pour constater les dégâts ».

A noter qu’aucune perte en vie humaine n’est à déplorer depuis le début de ces séismes dans cette localité, mais les murs des habitations se fragilisent au fur et à mesure que les secousses se produisent.

Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin