Le blogueur guinéen, Alimou Sow a présenté son premier roman intitulé « Ma Guinée plurielle », hier, lundi 24 avril 2017, à l’occasion de l’événement « Conakry, capitale mondiale du livre ». Plusieurs personnalités ont pris part à cette dédicace, organisée à la Bluezone de Kaloum, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Prenant la parole pour l’occasion, l’auteur de ce bloquin (un blogue devenu bouquin, ndlr) a fait ressortir la structure du document et les raisons qui l’ont motivé à écrire ce livre. « Ce livre est un recueil de 257 pages, réunissant 51 billets de blogs repartis en six chapitres. Dans ce livre, s’abordent les réalités socioculturelles de la Guinée dans sa diversité. Une Guinée que j’appelle ineffable, insaisissable. C’est après plusieurs interpellation d’amis, de connaissances qui me demandaient d’écrire ou à défaut, de rassembler mes billets pour en faire un livre, que j’ai décidé enfin de répondre aux sollicitations. C’est aussi une façon pour moi de partager avec des gens qui sont autour de moi, mais allant au-delà, en se basant sur les expériences personnelles et surtout de mon quotidien. J’aime écrire, j’aime les mots, les langues. Mais, les langues riches de façon générale, comme le français, le poular , le maninka … », a dit le blogueur.

Par ailleurs, monsieur Sow a indiqué que de nombreuses personnes se retrouvent dans les sujets qu’il traite. « Le blog a été un lien de rapprochement entre les guinéens, mes amis, mes proches. En écrivant et en publiant sur internet et en partagent les informations, on crée une passerelle entre la Guinée d’ici et celle d’ailleurs. Quand j’écris, souvent les gens me disent qu’ils partagent, parce que c’est leur vécu. Ils se retrouvent dans ce que j’écris », précise-t-il.

La partie du livre que l’auteur évite de relire souvent ?

C’est bien cette partie où il parle de sa chère mère qui n’est plus de ce bas monde. « J’ai consacré une partie de ce livre à ma mère qui est décédée il y a un peu longtemps. J’avoue qu’il m’arrive souvent de ne pas lire cette partie », a-t-il révélé.

Que faut-il retenir ?

De son Brouwal Sonkin natal (Télimélé), où il a fait ses premiers pas à l’école, à Mondoblog (RFI) en passant par ses périples de Conakry et Labé, Alimou Sow a fait de ses étapes une opportunité. Avec son blog ‘’Ma Guinée Plurielle’’ http://lims.mondoblog.org, le jeune blogueur, désormais écrivain, inspire et attire plusieurs de ses lecteurs avec les barrières qu’il brise entre sa langue maternelle le poular et sa langue d’expression pour son public, le français. Des témoignages en font fois. Et bon nombre de personnes le reconnaissent. Comme dernièrement, à la mort du grand présentateur de RFI, Laurent Sadoux qu’il avait cité dans l’un de ses billets. Pour lui « Laurent Sadoux dans Afrique midi, c’est comme la sauce gombo et le fonio, ça passe forcement », rappelle Boubacar Sanso Barry, journaliste.

De son côté, le caricaturiste Oscar Barry dit s’inspirer des billets de monsieur Sow dans le satirique de son Journal Bingo. « Alimou, c’est le pur produit de l’école guinéenne. C’est un génie. Quand je le lis, je sens qu’il est satirique. Et, je reprends souvent certains de ses écris dans mon journal », a-t-il témoigné.

A rappeler que ce ‘’blouquin’’ est une première en Guinée et même au sein de la plateforme Mondoblog réunissant plus de 500 blogs francophones à travers le monde. Le meilleur blogueur francophone du monde en 2013 à l’issue du Concours « The Bob’s » avait plusieurs de ses proches et amis, mais également sa petite famille a la présentation de son blouquin. Désormais les silhouettes de ce livre traverseront nos différentes libraires pour 260.000 GNF et inspireront certains jeunes à mettre leur talent aussi au service de la littérature.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guinéematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin