A l’absence du président Cellou Dalein, en visite dans la Guinée profonde, c’est l’un des vice-présidents, Kalemodou Yansané, qui a présidé l’assemblée hebdomadaire de l’UFDG, ce samedi 29 avril 2017. Il était entouré des députés Alain Touré, Dian Bailo Diallo (élu de Télimélé) et de la présidente nationale des femmes, Hadja Fatoumata Maréla Bah. Le président de séance s’est livré à une critique acerbe du pouvoir actuel, notamment sur l’état de routes, rapporte le correspondant de Guineematin.com, qui était sur les lieux.

Dans sa communication, le vice-président chargé des questions économiques à l’UFDG est revenu sur l’actualité sociopolitique guinéenne. Pour Kalemodou Yansané, le pouvoir actuel a tenté par tous les moyens de démobiliser l’UFDG, sans jamais y parvenir. Parlant de la convocation du tonitruant Ibrahima Sory Camara de Dabondy au tribunal de Mafanco, monsieur Yansané a mis cela au compte de la provocation : « désormais, c’est la provocation. On veut nous provoquer maintenant, en essayant de taire certaines presses qui ne sont pas toujours favorables au système, à la mafia, à la corruption. C’est pour essayer de faire taire certains auditeurs. Mais, ils trouveront l’UFDG devant eux. On ne reculera pas », a prévenu le député.

Parlant de la visite en cours du leader de l’UFDG en Forêt et en Haute Guinée, Kalemodou Yansané a enchainé les superlatifs : « A Maréla et Faranah, ça a été impeccable ; à Kissidougou, grandiose », se réjouit-il.

Par ailleurs, le président de séance est revenu sur la situation économique que connait la Guinée actuelle. « Le pays régresse, on plonge même. C’est parce qu’Alpha Condé ne s’occupe pas de développement, il s’occupe des partis politiques d’opposition. Ils font tout pour nous opposer à nos militants, à nos partis alliés. Ça ne marchera jamais », a martelé Kalémodou Yansané.

Dans la même lancée, il a dénoncé l’état de dégradation des routes guinéennes dont-il met l’entière responsabilité sur le dos du président Alpha Condé. « Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui sur le plan routier ? Les ministres, les cadres qui sont là-bas, franchement ils ont innocents. Ils font ce qu’ils peuvent. Mais, les entreprises leurs sont imposées. Ce n’est pas eux qui décident. Les routes ? C’est la catastrophe aujourd’hui, pas par la faute des techniciens, mais par la faute des politiques », a laissé entendre monsieur Yansané.

Alpha Mamadou Diallo pou Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin