« Cellou sait maintenant que Kerouané n’est pas son fief ! C’est très différent de Labé, de Lélouma et de Dalaba. Cela se sent malgré toute notre hospitalité et toute l’amabilité qu’on lui accorde, il se se rend compte qu’il n’est pas dans son fief… »

C’est chez lui, dans la préfecture de Kérouané, que le chef de la majorité présidentielle, honorable Amadou Damaro Camara a reçu un reporter de Guineematin.com, qui accompagnait le chef de fil de l’opposition guinéenne dans cette préfecture.

Tout d’abord, notre journaliste a fait réagir au président du groupe parlementaire du RPG arc-en-ciel sur la tournée de Cellou Dalein Diallo, sur les discours de l’opposant, l’impact de cette tournée avant de parler de la vie du parti au pouvoir…

Décryptage !

Guineematin.com : Bonjour Honorable, qu’est-ce que vous pensez de la tournée de Cellou Dalein Diallo ?

Honorable Amadou Damaro Camara : écoutez, c’est un leader politique qui a ses militants un peu partout en Guinée. Qu’il veuille s’entretenir avec eux, je trouve ça normal ; même si ce n’est pas une période de campagne, qu’il puisse prendre contact avec eux, c’est normal. Des meetings ou des cortèges à cette période que je peux appeler « de paix » pourrait à un certain endroit poser problème. Je pense que de la manière que ça se poursuit, c’est tout simplement problématique.

Guineematin.com : en quoi ça pourrait poser problème ?

Honorable Amadou Damaro Camara : vous savez, on a un problème d’éducation de nos militants. Quand c’est des campagnes, cela se justifie dans notre culture, quand ce n’est pas la campagne, des prises de contact peuvent être assimilées à des marches, voir par incompréhension de certains militants, ça peut poser problème. C’est pourquoi on a le devoir d’éducation de nos militants.

Guineematin.com : comment vous trouvez les discours du président de l’UFDG ?

Honorable Amadou Damaro Camara : je n’ai jamais suivi le discours. J’avoue que j’étais à l’intérieur, dans mon village où il n’y a même pas de réseau d’ailleurs. Il m’a appelé hier qu’il était à Beyla, je savais qu’il venait à N’zérekoré. On m’a appelé de N’Zérékoré pour me signaler sa présence, des dispositions à prendre…

Guineematin.com : vous avez quand même eu les échos des discours qu’il tient dans les préfectures ?

L’honorable Amadou Damaro Camara : les discours qu’il tient son des discours politiques. Il se présente comme la solution, il se présente comme le meilleur d’entre nous tous et ça c’est politique, c’est normal. Seulement, il faut choisir son langage et ce que je regrette le plus, c’est le langage de ses lieutenants. Quand un Ousmane Gaoual dit qu’il faut écourter le mandat du professeur Alpha Condé, démocratiquement élu, ça ce n’est pas un langage démocratique. C’est pourquoi, j’ai dit que certaines façons de faire pourraient créer des problèmes à l’intérieur. De la manière dont les choses se passent est pour l’instant acceptable.

Guineematin.com : L’honorable Damaro, est-ce que vous partagez les sentiments de nos compatriotes qui pensent que la Guinée n’avait jamais souffert comme maintenant ?

Honorable Amadou Damaro Camara : Oui, plus de 65% de nos populations ont moins de 30 ans. Donc, ils n’ont pas connu Chytan 75, ils n’ont pas connu 76, ils n’ont pas connu l’agression, ils n’ont pas connu certaines périodes de la Guinée, c’est pourquoi ils peuvent penser de la sorte.

Guineematin.com : est-ce que vous pensez que les tournées du président de l’UFDG, comme celle qu’il effectue maintenant pourrait faire perdre au RPG la gestion du pays ?

Honorable Damaro Camara : il sait maintenant que Kerouané n’est pas son fief ! C’est très différent de Labé, de Lélouma et de Dalaba. Cela se sent malgré toute notre hospitalité et toute l’amabilité qu’on lui accorde, il se se rend compte qu’il n’est pas dans son fief.

Guineematin.com : il a quand même bénéficié d’une grande réception à Kerouané, monsieur Camara.

Honorable Amadou Damaro Camara : mais absolument, c’est ce que je dis, on le recevra partout. Moi-même, je l’ai proposé de venir à Damaro ; mais, ça c’est par amabilité, il est guinéen, il peut aller partout. Ne serait-ce que par curiosité, on peut sortir le regarder, est-ce que c’est une adhésion, on le verra bien. Il a toujours mobilisé hein, chaque fois qu’il y a eu des élections, vous en connaissez les résultats.

Guineematin.com : aujourd’hui, on entend un peu partout des sirènes révisionnistes. Que pensez-vous de cette affaire de troisième mandat pour le président Alpha Condé ?

Honorable Amadou Damaro Camara : moi, je suis constitutionnaliste. Jusqu’à preuve de contraire, on n’a pas demandé encore de changer la constitution et même si on veut changer la constitution, seul le peuple est souverain pour la changer.

Guineematin.com : vous êtes favorable à un troisième mandat pour le président Alpha Condé ?

Honorable Amadou Damaro Camara : même à un vingtième mandat si c’est ça la constitution. En France, il n’y a pas de limitation.

Guineematin.com : en ce qui concerne notre constitution, il y a a verrou monsieur Damaro !

Honorable Amadou Damaro Camara : qui l’a mis ? C’est au nom du peuple. Ce verrou, qui peut le faire sauter ? C’est le même peuple. Il n’y a aucune constitution à laquelle le peuple n’exerce pas sa souveraineté là-dessus ! Il n’y en a pas… Toutes les constitutions relèvent de la souveraineté du peuple.

Guineematin.com : le président de la République ne s’est jusque-là pas prononcé officiellement si oui ou non il va se représenter pour un troisième mandat. Qui vous voyez prendre la tête du RPG arc-en-ciel après le professeur Alpha Condé ?

Honorable Amadou Damaro Camara : le congrès en déterminera. Il y en a plusieurs, pas une personne. Il y a plusieurs candidats potentiels. Vous savez que les élections, il y a souvent les gens qu’on attend pas . Macron n’était pas attendu il y a un an seulement en France…

Guineematin.com : vous avez l’ambition de diriger le RPG un jour ?

Honorable Damaro Camara : j’ai l’ambition de diriger le RPG, j’ai l’ambition de diriger la Guinée, j’ai même l’ambition de diriger l’Afrique au-delà de la Guinée. Le Général De Gaul disait que le pouvoir, c’est la rencontre de l’ambition et de l’opportunité. J’ai l’ambition, est-ce que j’aurais l’opportunité, ça c’est Dieu qui le sait.

Guineematin.com : Merci monsieur Camara.

Honorable Amadou Damaro Camara : je vous en pris.

Interview réalisée à Kérouané et décryptée par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin