L’unique Centre de Recherche et de Vulgarisation de l’Agouti de Kankan (CERVAK), sis au quartier Bordeaux, dans la commune urbaine, est confronté a un manque criard de moyens financiers et logistiques, a appris sur place Guineematin.com, à travers son correspondant dans la région.

Le centre en question, créé en 2005, grâce à la coopération guinéo-japonaise, est spécialisé dans la recherche sur la gestion, l’alimentation, la reproduction, le traitement des agoutis à travers le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Au-delà de la recherche, l’objectif est de fournir de la viande d’agouti à la population dans le long terme.

Dr. Mohamed Diakité, directeur général du CERVAKSelon Dr. Mohamed Diakité, directeur général du CERVAK, son centre est handicapé par l’absence des moyens notamment financiers et logistiques. « Nous sommes en maque des moyens financiers pour bien mener notre politique. Aujourd’hui, la recherche est laissée pour compte. Sur le plan logistique, nous avons besoin d’un laboratoire géotechnique. Car, qui parle de la recherche scientifique doit parler de laboratoire, qui est indispensable pour nous. Nous avons des laborantins avec nous, mais pas des laboratoires », déplore-t-il.

Après douze (12) ans d’existence, le Centre évolue difficilement, faute de mesures d’accompagnement digne du nom, a fait savoir Diakité.

A la question de savoir quelles sont les activités déjà effectuées, Dr Diakité répond : « nous avons onze (11) articles issus de nos recherches, publiés par la Revue Scientifique de l’Université Julius Nyéréré de Kankan entre 2007 et 20014 ; et trois (3) autres articles en attente pour faire un total de quatorze (14), tous parlant du mode de vie et maladies des animaux, plus spécifiquement de l’Agouti », a-t-il énuméré.

A préciser ce centre élève actuellement deux cent quatre vingt quinze (295) agoutis et toutes les recherches sont finalisés ailleurs, faute de laboratoire.

De Kankan, Amadou Oury Souaré pour Guineematin.com

Tél. : 628 -42 16 32

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin