Labé : le préfet suspend un technicien de l’Habitat « pour faute grave »

Par Décision N°025/PLa/2017 « portant suspension d’un (1) fonctionnaire », le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah suspend le Chef de la Section Infrastructures Urbaines à la Direction Préfectorale de l’Urbanisme et de l’Habitat, Amadou Oury Diallo « pour faute grave » a lu un correspondant de Guineematin.com dans la région. 

Cette décision du préfet de Labé, signée le 3 avril 2017 n’est parvenue à la Direction Préfectorale de l’Urbanisme et de l’Habitat qu’un mois après, c’est-à-dire le 4 mai 2017 et 72 heures seulement après la célébration de la journée internationale du travail.

Ce document officiel trop vague ne donne aucune précision sur les motifs de cette suspension. Mais, dans les couloirs de la préfecture, beaucoup de cadres pensent que cette décision du préfet Safioulahi Bah est liée au fait que l’administration préfectorale, à travers son service technique de l’Urbanisme et de l’Habitat ait perdu un procès contre un citoyen de la commune urbaine, devant le Tribunal de Première Instance de Labé.

Le fonctionnaire à la retraite qui a gagné le procès avait été trimballé en justice pour avoir clôturé sa concession située du côté Est de la grande mosquée de Labé. Avant que l’intéressé ne sécurise davantage son domaine par ce mur de clôture, de nombreux fidèles musulmans utilisaient ce raccourci pour rallier le cimetière de Bowounloko, à l’occasion des funérailles des proches et connaissances.

Le Chef de la Section Infrastructures Urbaines à la Direction Préfectorale de l’Urbanisme et de l’Habitat de Labé, Amadou Oury Diallo est, dit-on, accusé d’avoir aidé le citoyen concerné à prouver que « le passage à piétons » objet du conflit domanial avec les autorités préfectorales fait bien partie de sa concession privée.

S’il est vrai que c’est ce qui constitue la raison fondamentale de la suspension de ce fonctionnaire par le préfet Safioulahi Bah, la Décision N°025/PLa/2017 apparait aujourd’hui comme un défi lancé aux responsables du syndicat des travailleurs de Labé. Surtout que le document signé le 3 avril 2017 n’a été rendu public que le 4 mai 2017.
Comme si son signataire a astucieusement voulu éviter un choc avec la classe ouvrière au sujet de suspension à l’occasion de la célébration de la fête internationale du travail, le 1er mai 2017.

En attendant de comprendre les vraies motivations du préfet de Labé, l’examen de la décision montre que le papier En-tête utilisé affiché des numéros de téléphones injoignables et qui appartenaient à des personnes qui sont actuellement décédées. « Tél. fixe: 30 51 40 30, GSM : 60 57 22 32/60 57 03 20/ 60 58 10 33 » peut-on lire dans le pied de page de la décision du préfet Safioulahi Bah.

Malheureusement, dans ce lot de numéros Sotelgui officiels de la préfecture de Labé nous reconnaissons le 60 57 03 20 qui est celui du regretté Sandaly Camara, ex Secrétaire Général chargé des Affaires Administratives et Financières, décédé depuis plus de 3 ans maintenant.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS