Justice : les avocats de Toumba Diakité se retirent du dossier du massacre du 28 septembre

« Nous ne pouvons pas comprendre que depuis la fin de l’interrogatoire de notre client sur le fond, que ce dossier n’ait pas bougé d’un iota », s’est indigné un des avocats de Toumba Diakité, inculpé dans le dossier du massacre du 28 septembre. Les avocats l’ont fait savoir ce lundi 8 mai 2017, à l’occasion d’une conférence de presse au cours de laquelle, ils ont dénoncé la lenteur de la procédure judiciaire dans ce dossier sensible, rapporte un reporter de Guineematin.com, présent à la rencontre.

Pour maître Paul Yomba Kourouma, par leurs agissements, les juges en charge du dossier ont démontré « leur manque de courage et leur asservissement par l’exécutif. Depuis la fin de l’interrogatoire de Toumba sur le fond, malgré l’urgence et le péril en la demeure, Toumba ayant même cité des témoins que l’instruction devait tout de suite interroger, les juges ont fermé le dossier. Pas d’interpellation, pas de confrontation, pas d’audition de témoins », a expliqué l’avocat.

Pa ailleurs, sur toutes les requêtes formulées par la défense, dit maitre Kourouma, le pool de magistrats en charge du dossier a toujours donné la même réponse : « rejette en l’état la demande formulée par les avocats d’Aboubacar Diakité, dit Toumba, ordonne son maintien en détention provisoire ».

Parmi ces requêtes pour Toumba qui ont été rejetées, l’avocat de la défense a cité entre-autres : la pratique d’activités récréatives dans l’enceinte de la maison d’arrêt et sous haute surveillance. Mais, la plus récente requête est celle relative à « l’audition, dans un premier temps, du président de la République, le professeur Alpha Condé qui a déclaré au journal Libération, en tant qu’autorité au sommet de l’Etat, que beaucoup de gens interpellés dans cette affaire sont innocents. Que certains même n’étaient pas présents à Conakry au moment des faits et que le procès révélera qui est coupable. En s’adressant ainsi, il (Alpha Condé, ndlr) sape les vertus de la justice, il intègre un procès, il méprise le travail fait par le pool des juges d’instruction. Là-dessus, le pool n’a pas réagi, le parquet général a opposé un silence, le parquet d’instance également. En tenant de telles affirmations, le chef de l’Etat prouve qu’il est censé tout savoir de l’affaire, qu’il en sait tant dans la conception, la préparation que de l’exécution de ce massacre », soutient maitre Paul Yomba Kourouma.

En outre, les avocats ont dénoncé la pratique du deux poids, deux mesures contre leur client, alors que certains inculpés sont aujourd’hui libres de circuler partout et occupent des postes élevés de responsabilité.
Pour toutes ces raisons, maitre Kourouma et Cie décident de se retirer du dossier et comptent saisir les ONG de défense de Droits de l’Homme et la Procureure de la TPI pour la suite de la procédure.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS