Enclavement de Mandiana : plusieurs produits agricoles exportés vers le Mali et la Côte D’Ivoire

Les communes rurales de Niantanina et Saladou, relevant de la préfecture Mandiana, sont des localités très enclavées de la Haute Guinée. Traversées par le fleuve Sankarani, ces deux sous-préfectures peinent à écouler leurs produits par manque d’un pont pour les relier à Mandiana Ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com, basé à Kankan.

Selon monsieur Ibrahima Sira Diakité, maire de la commune Urbaine de Mandiana, le plus grand problème de la commune, élargi à la préfecture, est l’absence d’un pont au fleuve Sankarani. A cela s’ajoute le manque de régularité du bac. « Avant, le bac travaillait les 12 Mois de l’année. Mais maintenant, avec la dégradation poussée de l’environnement, le bac travaille de Juin à Octobre. Le reste de l’année, c’est les pirogues à moteurs qui, très malheureusement, ne peuvent pas transporter les gros engins et lourds bagages », explique-t-il.

Pour le maire, l’absence de ce pont paralyse Mandiana tant sur le plan agricole que commercial. « La douane de Mandiana était un support important pour l’économie guinéenne. Avant, les véhicules de Lomé et autres passaient par ici, mais maintenant tout le monde nous dévie à cause de ce pont. Franchement nous sommes paralysés tant sur le plan agricole et commercial. Aujourd’hui, les zones les plus favorables à l’agriculture sont et leurs produits sont exportés au Mali et en Cote D’Ivoire », dit monsieur Diakité.

Par ailleurs, le maire ajoute que les autorités ont remonté l’information à la hiérarchie mais sans obtenir gain de cause.

A part cet enclavement, les autres difficultés qui assaillent la préfecture de Mandiana sont la finalisation des travaux de la grande mosquée et la résolution des conflits domaniaux au tour de mines.

Amadou Oury Souaré pour Guineematin.com

Tel. : 628 42 16 32

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS