En séjour à Bruxelles (Belgique), le Président de l’UFDG, El Hadj Cellou Dalein Diallo, quelques heures avant le meeting qu’il a animé, ce dimanche 14 mai 2017 devant une foule nombreuse de militants et sympathisants de son parti, avait eu une séance de travail avec ses responsables fédéraux d’Europe. A constaté Guineematin à travers son Correspondant basé en Europe. 

A la faveur de ce conclave restreint, les délégués fédéraux ont décliné, dans les moindres détails, les résolutions issues de leur séminaire et posé des questions à leur Champion. C’est justement au chapitre de la série de questions-réponses qu’un membre de la délégation venue de Paris avait proposé que l’Opposition réfléchisse désormais à des stratégies, autres que les manifestations populaires qui, selon lui, auraient suffisamment montré leurs limites, sans compter les pertes en vies humaines enregistrées à chaque occasion.

Apportant des éléments de réponse aux préoccupations de ce responsable fédéral de France, le Président de l’UFDG n’a guère masqué son indignation et sa colère contre le gouvernement par rapport à la répression meurtrière des manifestations pacifiques de l’Opposition. Pour le Chef de file de l’Opposition, sa mouvance politique 《 ne dispose guère d’autres moyens constitutionnels concomitamment efficaces en termes de résultats et contraignants pour faire fléchir le gouvernement que les manifestations, le lobbying et la communication via les médias nationaux et internationaux 》.

Bien que conscient du poids de la presse, notamment celles francophone et française, le Chef de File de l’opposition regrette, cependant, « le manque d’équité et de professionnalisme de la quasi-totalité des grands médias français dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations concernant la Guinée sous Alpha Condé. Ils donnent l’impression d’être corrompus par Alpha Condé ».

A titre illustratif, le Champion de l’UFDG déplore que le journal « Jeune Afrique  » ait censuré l’une de ses récentes interviews. « Suite à un article erroné publié par Jeune Afrique dans lequel l’auteur tente de jeter le discrédit sur l’UFDG et son Président, j’avais réagi en écrivant aux responsables du journal. C’est ainsi qu’à la faveur de ma toute dernière visite à Paris, le journal a sollicité et obtenu une interview de moi. C’est alors à ma grande surprise désagréable que j’ai constaté la censure opérée, à souhait, pour ne ressortir que mes propos anodins. Tous mes propos pertinents, qui dépeignent la mauvaise gouvernance d’Alpha Condé, ont été purement et simplement balayés de l’interview. Où sont passées alors l’equilibre des informations et l’équité qui devraient guider Jeune Afrique et tous les autres médias qui agissent de la même manière ? ».

Pour conclure, Cellou Dalein Diallo précise: « Pour l’instant nous n’avons de moyens de pression contre Alpha et son gouvernement que les manifestations. C’est bien vrai que celles-ci ne produisent pas encore tous les résultats escomptés. Mais, elles ont une incidence non négligeable sur certaines décisions de Monsieur Alpha Condé via la dégradation de son image à l’échelle internationale. C’est justement pour cette raison que j’ai récemment rencontré plusieurs ambassadeurs et autres diplomates accrédités en Guinée, pour leur dire que je n’accepterais plus aucun hold-up électoral. Quant à Alpha lui-même, je lui ai déjà demandé, avec fermeté, de balayer devant sa porte avant de s’eriger en mediateur à travres l’Afrique ».

Mandian SIDIBE, depuis Bruxelles, pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin