Réunis en séance plénière ce mardi, 16 mai 2017 sous la présidence de Claude Kory Kondiano, Président de l’Assemblée nationale, les députés ont examiné le document relatif au projet de loi portant institution d’un prélèvement de 0.2% sur les importations des marchandises au profit de l’Union Africaine, a constaté sur place Guineematon.com, à travers un de ses journalistes.

L’idée en découle de la décision du 24ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement tenu à Addis Abeba, le 31 janvier 2015. Un engagement des dirigeants africains pour financer le budget de l’organisation (estimé à environ un milliard de dollars), en prélevant 0.2% sur les importations des marchandises.

En plus de ce projet de loi, les députés ont examiné deux autres textes relatifs, au protocole d’accord entre l’Italie et la Guinée, concernant le projet de soutien au système sanitaire national de la République de Guinée et, l’autre texte portant sur l’accord de financement entre l’IDA et la Guinée dans le cadre de financement du programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest PPAAO/WAAPP-Guinée.

Le premier accord de 0% de taux d’intérêt et remboursable en 30 ans, porte sur un montant total de 20 millions d’Euros et 800 mille euros pour servir à la réhabilitation des infrastructures sanitaires à divers niveaux.

Ce projet interviendra pour la construction de nouvelles infrastructures dans les quatre régions naturelles du pays et concernera les préfectures de Mamou, Labé, Dalaba, Kankan, Siguiri, Kouroussa, Guéckédou, Kindia, Boffa, Boké, les communes de Dixinn et Matoto. Et la rénovation concernera six centre de santé urbains (Enta-Fassa à Matoto, Bordo et Karfamoria à Kankan, Siguirininkoro à Siguiri, Solondi à Guéckédou et Hafia à Dixinn en plus de quatre centres de santé améliorés à Baro dans Kouroussa, Banko à Dabolo, Koumbia dans Gaoual et Marella à Faranah.
Le projet prévoit également la construction et l’équipement de structures de référence.

Ce projet agricole a une enveloppe de 23 millions $ à un taux promotionnel de 1.52625% et remboursable dans 31 ans. Ce montant servira au financement de la filière riz ainsi que des segments clés de la sécurité alimentaire, dont le maïs, le manioc, les cultures horticoles/légumes, le soja, l’élevage à cycle court et la pisciculture.
Les débats se poursuivent à l’hémicycle avec les interventions des députés.

De l’Assemblée nationale, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin