A l’occasion de l’an 17 de son arrivée à la tête de l’Union des Forces Républicaine (UFR), le président Sidya Touré et plusieurs membres du bureau exécutif ont pris part à l’assemblée générale hebdomadaire du parti hier, samedi 20 mai 2017. Le haut représentant du chef de l’Etat a mis l’occasion à profit pour revenir sur son parcours politique aux côtés de ses aînés depuis 2000 et de son actuel positionnement politique, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est dans une ambiance des plus festives que Sidya Touré a été reçu au siège avec des cadres du parti comme le fondateur et premier vice-président de l’UFR, Bakary Goyo Zoumanigui, le député uninominal de Kaloum, Baïdy Aribot… Pour ce samedi, après le contrôle habituel des présences, l’assemblée a démarré par un long moment d’animation culturelle faite par les artistes proches de l’union des forces républicaines.

Prenant la parole, monsieur Sidya Touré est revenu sur son parcours politique à la tête de l’UFR, de son installation comme président du parti, le 20 mai 2000, à ce jour. Tout en se réjouissant de l’unité de l’opposition d’alors conduite par les regretté Bâ Mamadou, Siradio Diallo, Jean Marie Doré et Alpha Condé.

« Nous sommes aujourd’hui le 20 mai. Vous vous rappelez du 20 mai 2000 quand nous nous sommes réunis de l’autre côté de Coléah. Nous avons fait un congrès extraordinaire qui m’a porté à la tête du parti UFR. Depuis cette date, nous en avons vu beaucoup. Je me rappelle, dès le 20 juin, nous sommes allés aux élections communales. Des élections qui nous ont laissés un goût amer », a rappelé le président de l’UFR.

Du boycott du référendum sur la modification de la constitution par le général Lansana Conté en 2001 aux élections présidentielles et législatives qui ont suivi, Sidya Touré n’a rien oublié. Même certains détails de ses relations particulières d’amitié avec certains leaders de l’opposition d’alors comme celle de Siradio Diallo ont été rappelées.

Au-delà de ses souvenirs, le haut représentant du chef de l’Etat a rappelé l’unité qui existait entre les membres de l’opposition républicaine d’alors. « Imaginez une opposition où il y avait Bâ Mamadou, Alpha Condé, Siradio Diallo, Jean Marie Doré et moi même. Est-ce que quelqu’un peut dire à ces gens là il faut me suivre moi et laisser vos partis. Moi je suis le leader de je ne sais quoi. C’était des leaders qui avaient tous leurs charismes, leurs caractères. Et, il était totalement impossible d’imaginer que le débat pouvait disparaître au profit d’un entre eux. C’est pourquoi, quand j’entends aujourd’hui l’opposition plurielle, je dis non. Nous avons vécu une opposition où il n’était pas imaginable à l’époque même Alpha qui avait plus de députés soit notre chef », a dit monsieur Sidya Touré.

Parlant de son parcours à la tête du parti, le haut représentant du chef de l’Etat dit que c’est après la modification des résultats de 2010 qu’il a choisi d’aller avec l’UFDG au deuxième tour.

Concernant la rupture avec l’UFDG et son positionnement actuel, le président de l’UFR affirme que son parti s’est rendu compte qu’il avait emprunté une voix sans issue. « Nous avons fait un chemin ensemble et nous nous sommes rendus compte que nous étions dans une voix sans issue. A un moment donné, les manifestations qu’on tenait avaient pris un caractère totalement hors politique. C’était des affrontements entre communautés. Et, c’est en ce moment que j’ai décidé qu’on ne me verra plus sur le capot d’une voiture », a t-il fait savoir.
A en croire monsieur Touré, c’est suite aux disfonctionnements constatés dans l’opposition qu’il a jeté l’éponge pour se rapprocher du président Alpha Condé dans le seul but de participer à l’amélioration des conditions de vie des guinéens.

« Constatant que le débat n’évoluait pas au sein de cette prétendue opposition, nous avons pris du recul. Nous avons eu ensuite une rencontre avec le RPG. Vous savez, j’ai une très vielle relation avec le président Alpha Condé. La perception que j’avais de la fragilité de notre pays m’ont convaincu quand j’ai été contacté pour discuter avec lui sur cette question de tenter un rapprochement entre le RPG et l’UFR dans l’intérêt de notre pays », a précisé l’ancien Premier ministre.

Pour finir, le haut représentant du chef de l’Etat annonce que l’anniversaire de ses 17 années passées à la tête du parti serra célébré après le mois saint du Ramadan. Un symposium et meeting géant seront organisés à cet effet.

Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin