La grève déclenchée par la Fédération Syndicale Autonome des Banques et Assurances de Guinée (FESABAG) depuis quatre jours paralysé toujours les activités économiques de la Guinée. Surtout que les grévistes refusent d’assurer même un service minimum. Hier, vendredi 26 mai 2017, un reporter de Guineematin.com avait fait le tour de quelques banques de la capitale guinéenne pour faire son constat et aussi donner la parole aux innombrables clients pris au dépourvu.

De Dixinn à Kaloum, en passant par Matam, toutes les banques visitées étaient fermées et aucune n’assuraient un service minimum. Et, les clients rencontrés et qui ont accepté de répondre à nos questions se plaignent, à seulement quelques heures du début du mois saint de Ramadan.

Madame Diallo Adama Diop, trouvée à l’agence Orabank de la Minière :  » Je suis venue faire un retrait. Malheureusement, je trouve que même le guichet automatique est fermé. Et, je n’ai plus de carburant sur mon véhicule. Ça me cause énormément de difficultés… ».

Également interrogée par le reporter de Guineematin.com à la l’agence d’Orabank de la Minière, Madame Barry Aissatou n’imaginait pas qu’une grève était attendue. Elle est venue le premier jour de la grève parce qu’elle avait vraiment besoin de son argent ce jour. N’ayant pas pu récupérer, elle revient chaque fois voir. Aujourd’hui, elle se demande que faire : « Je suis vraiment navrée. Depuis mercredi, je cherche à récupérer mon argent, mais en vain. Et, demain, c’est le ramadan. Je ne sais pas quoi faire ».

Pour sa part Madame Kadiatou Soumah, transitaire à la douane, rencontrée devant Afriland Firt Bank sise au marché avec un visage crispé, a dit venir faire un versement. Mais, depuis trois jours, elle essaie vainement de faire cette opération qui bloque complètement ses activités et risque d’ailleurs d’entraîner des surestaries… « Depuis le mardi, je n’arrive pas à faire mon versement. Chaque fois que je viens, la banque est fermée. Ça me fais très mal ; car, les clients ne font que crier à la douane là-bas. Il n’y a pas de travail… Ça, c’est honteux pour la Guinée, ce n’est pas bon pour nous ».

À rappeler que plusieurs autres clients subissent les mêmes difficultés avec leurs banques, les institutions de microfinance et aussi les assurances qui perturbent d’ailleurs des programmes de certains voyageurs.

Cette grève a été déclenchée le mercredi dernier. Les syndicalistes demandent entre autres la revalorisation des conditions de vie et de travail des salariés, la prise en charge médicale des travailleurs et de leurs familles, l’amélioration de la prise en charge des retraités, des primes de Ramadan, de fêtes, etc.

Après trois jours de grève, le gouvernement s’est finalement impliqué. Hier, vendredi, le Premier ministre a mis face les représentants des travailleurs des banques, assurance et institutions de microfinances et les représentants des employeurs. Mais, aucune solution n’a pour le moment été trouvée.

À suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 1

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin