Viol et séquestration : une fille de 16 ans droguée avant d’être abusée pendant trois jours

Apprenti chauffeur de son état, Salifou Keïta est accusé d’avoir commis des actes de viol et de séquestration d’une fille âgée de 16 ans. C’est au mois d’août 2015 que la mademoiselle AB a été violée et séquestrée pendant trois jours par Salifou Keïta au quartier de Dabondy, dans la commune de Matam. Et, l’affaire a déjà été portée au tribunal de première instance de Dixinn, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon la victime, c’est précisément le 8 août 2015, aux environs de 16 heures, que monsieur Keïta, lui a servi un jus dans lequel il a introduit de la drogue sans qu’elle ne soit au courant. « Après avoir bu ce jus, j’ai complètement perdu connaissance ; et, il a abusé de moi pendant trois jours. Je me suis réveillée sans reconnaître le lieu », a expliqué la victime.

Mais, lors de son audition, l’accusé a nié les accusations, disant au tribunal que cette fille est sa copine de longue date. « C’est vrai, il y a eu des rapports sexuels entre nous. Mais, pour ce jour-là, elle a menti ; car, il n’y a pas eu de rapport entre nous. Pendant trois ans, nous vivons ensembles. Mais, je n’ai jamais fait des rapports avec elle par surprise, par contrainte ou par menace. Elle était toujours consentante », s’est-il défendu.

Et Salifou Kéïta de poursuivre : « ce jour-là, elle est venue me trouver arrêté à côté de notre véhicule. Elle m’a dit qu’elle a été chassée de la maison par sa mère qui estime qu’elle est tombée enceinte. Directement, je l’ai envoyée chez ma grande sœur à Dapompa où elle a passé la nuit. Puis, le lendemain, je l’ai ramenée chez elle à la maison. C’est ainsi que ses parents m’ont tabassé en disant que je l’ai enceintée. Aussitôt, ils m’ont mis aux arrêts et m’ont déposé à la Maison Centrale. Et, depuis deux ans, je suis enfermé… ».

A rappeler que l’avocat de l’accusé, maître Abou Camara a sollicité une liberté provisoire pour son client. Mais, cette sollicitation a été rejetée d’un revers de main par le président du tribunal et le parquet.

Finalement, le procès a été renvoyé au 5 juin 2017 pour la suite des débats.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS