Une experte internationale a procédé à l’audit de la Direction des Ressources Humaines du ministère de la Justice. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la restructuration de ladite direction en vue de connaître ses insuffisances et proposer des solutions aux cadres du département. C’était au cours d’un atelier deux jours qui s’est achevé ce vendredi 2 juin 2017, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Pour Jean Jacques Nigaomalo, magistrat et expert au Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de la Justice (PARJU), « il est apparu que le besoin de renforcement des structures de gestion du ministère s’impose et passe par la restructuration ».

Selon lui, le présent atelier a permis l’identification des maux dont souffre la Direction des Ressources Humaines du ministère de la justice et des solutions ont été proposées. « L’experte a proposé des projets d’organigramme, de solutions. Après ces deux jours de travaux, c’est de partager le diagnostic, les résultats de cet audit avec tous les intervenants dans la gestion des ressources humaines pour adopter des outils », a-t-il expliqué.

Pour ce magistrat, une DRH sans ressources humaines, sans formation de qualités, sans méthodes, ne peut fonctionner efficacement. « Aujourd’hui, toutes les ressources humaines sont gérées par informatique », a-t-il signalé.

L’experte sénégalaise, madame Sarr Margaret Wade a dit que la restructuration de la Direction s’impose comme une nécessité. Selon elle, cette restructuration permettra d’améliorer la gouvernance judiciaire. « Il y a à reformer la DRH aussi bien au niveau de l’organisation que de la doter des ressources humaines pour vraiment prendre en charge ses missions. Et également lui donner toute l’entièreté de sa mission parce que je constate que beaucoup des ses missions sont diluées à travers le Ministère ou prises en charge en partie par d’autres structures », a fait remarquer l’experte sénégalaise.

Joseph Sékou Mara, assistant à la DRH, a dit être avoir appris beaucoup de choses au terme de ces deux jours d’atelier, notamment la revalorisation de la division, qui va bientôt être mise sous forme de Direction. « Les ressources humaines en Guinée, ce n’est pas comme les ressources humaines au Sénégal. En Guinée, il y a des tests, par exemple la loi L029 qui prévoit la création d’une Direction. Comme des propositions ont été faites, nous allons voir au fil du temps comment ça va se passer. La plateforme qui nous a été proposée est quand même bonne », s’est t-il réjoui.

À rappeler que cet atelier a réuni une vingtaine d’acteurs de la justice et du ministère de la fonction publique, directement impliqués dans le fonctionnement et les relations avec la DRH ou dans la gestion des ressources humaines.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin