C’est désormais une habitude pour le président de la République, président de l’Union Africaine, son excellence Elhadj professeur Alpha Condé, premier président démocratiquement élu de la Guinée, premier magistrat du pays, chef des Armées… A la moindre occasion, il trouve moyen de se défouler sur le guinéen. Que tu sois vieux (sage), femme ou jeune, Alpha Condé se plaît à déverser sa colère sur toi. Qu’elle soit saine ou non, le président ne prend jamais la hauteur pour éviter de ridiculiser son visa à vis ou lui-même se faire ridiculiser.

Ce fut le cas, ce jeudi, 01 juin 2017, à l’ occasion du lancement du « Forum de l’étudiant Guinéen ». Aussitôt entrée dans la salle, le président Alpha Condé a été accueilli par des cris ‘’Tablette, tablette, tablette… Un cri de cœur qui n’a pas été du goût du premier magistrat de la République.

Aussitôt installé dans son fauteuil présidentiel, le chef de l’État appelle le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé à qui il souffle des messages inaudibles au grand public. À quatre reprises ses appels instructeurs se répéteront où le patron semble donner des ordres à son ministre…

Après les différents discours, le président Alpha Condé vient au pupitre pour son discours officiel d’ouverture solennelle du forum. Et, c’est là qu’il surprend tout le monde en se mettant à faire des sauts de ‘’gorille’’ en répliquant à la foule d’élèves et étudiants. Alpha Condé s’est alors mis à répéter tout en sursautant : ‘’Tablette, tablette, tablette ‘’ et annonce l’arrêt « jusqu’à nouvel ordre » de la remise des tablettes qu’il avait promises pendant la campagne électorale.

Très en colère, le chef de l’État se défoule sur les étudiants « j’ai décidé de dire au ministre de l’enseignement supérieur, on suspend les tablettes jusqu’à nouvel ordre. Vous êtes indignes ; mais, on va vous obliger à vous redresser ».

Poursuivant son intervention, le président, en véritable revanchard, fait la fête aux jeunes qui n’ont fait que lui réclamer la tenue de sa promesse. Pourtant, on dit bien que « la promesse est une dette » !

Un président de la République ne devrait pas dire ça !

Aujourd’hui, des milliers de Guinéens s’interrogent sur les raisons qui ont poussé le professeur Alpha Condé à s’emporter devant une juste réclamation de « la dette » que personne ne l’avait obligé de prendre lors de sa campagne électorale.

« Un président ne devrait pas dire ça ! », c’est la remarque la plus partagée de la journée du vendredi, lendemain de cette sortie pour le moins humiliante du premier magistrat du pays. Au lendemain de cet affrontement verbal entre le président de la République et ceux qui devraient être ses petits enfants (sur le plan de l’âge), les citoyens estiment que le professeur Alpha Condé n’a pas eu le langage d’un chef, surtout pas d’un père… Il s’est humilié (et toute la nation avec) en échangeant des mots peu respectueux avec les élèves et étudiants de la République de Guinée.

Il est vrai que le président guinéen s’est habitué à délivrer des messages inamicaux et offensants pour ne pas écrire injurieux. Et, il imaginait sans doute qu’il n’avait qu’une mise en garde à faire pour qu’il soit craint et dicte sa volonté. Mais, c’était compter sans la détermination des jeunes qui savent surtout que la loi, le droit et le bon sens sont de leur côté : la promesse est une dette !

Sinon, auparavant, le président Alpha Condé avait fait parler de lui en adressant des paroles offensantes à d’autres composantes de la nation qu’il semble décevoir chaque jour plus que la veille…

28 mai 2016 : Alpha Condé et la communauté malinké

A titre de rappel, le 28 mai 2016, les propos du président Alpha Condé sur la communauté mandingue avaient fait l’objet de plusieurs interprétations. C’est d’ailleurs suite à cela qu’il y a eu la fameuse lettre des trois députés malinkés contre le président de la République.

Même si les négociations ont suivi avaient permis de ramener le doyen et très populaire député uninominal de Siguiri dans les rangs du RPG arc-en-ciel, les deux autres ont, depuis, consommé la rupture.

Après être allé renégocier son retour, Dr. Ousmane Kaba avait fini par quitter définitivement le navire RPG arc-en-ciel pour une nouvelle aventure sous sa présidence.

De son côté, Mamady Diawara (Yaourt) du PTS n’a jamais voulu se mettre à plat ventre devant Alpha Condé. D’ailleurs, il continue d’assumer la lettre et n’a jamais renié sa signature contre les propos qu’il n’a jamais pardonné au professeur Alpha Condé.

Le président Alpha Condé contre la presse indépendante, contre les ONG internationale, contre les femmes de Bonfi, les opposants, ses ministres…

C’est à l’occasion d’une conférence de presse, animée le 15 mai 2016, que le président Alpha Condé a été interrogé sur les révélations de corruption où son fils unique et conseiller était nommément cité. N’ayant visiblement pas de réponse aux questions des journalistes, qui citaient le rapport d’une ONG britannique qui avait enquêté sur l’acquisition des concessions par sable mining, Alpha Condé s’est mis dans ses états et attaqué les journalistes et ONG internationales…

Le 15 décembre 2016, il était face aux femmes de Bonfi qui ont eu le tort de lui demander des places dans un supermarché à elles attribué.

Et, bien avant, le chef de l’Etat guinéen avait qualifié ses opposants de chiens… Qui répéter toutes les offenses rapportées quand il parle à ses ministres, conseillers, directeurs et autres commis de l’État qu’il prend tous pour des profiteurs… Qui ne s’est jamais senti été attaqué par celui qu’un opposant avait désigné « le petit roi » ?

Le mercredi 31 mai 2017, la veille de sa rencontre la plus humiliante de sa gouvernance, le professeur-président remontait la bretelle aux imams. Il avait commencé par démentir le secrétaire général chargé des affaires religieuses devant tout le monde puisque ce dernier s’est autorisé à dire que l’islam se porte bien dans notre pays. Pour Alpha Condé, puisqu’il y a des imams qui ne lui satisfassent pas dans leurs sermons, on ne peut pas se réjouir de la pratique de l’islam dans sa Guinée !

Ce n’est donc pas pour rien que les Guinéens, dans leur écrasante majorité, ont applaudi des deux mains les jeunes élèves et étudiants qui ont tenu tête à ce président qui se plait à humilier et insulter ses gouvernés. « Vous voulez impressionner qui ? », demandait Alpha Condé, « Vous », répondaient les jeunes à très haute voix et en faisant du bruit. Un bon moment de défiance qui a totalement perturbé le discours d’Alpha Condé, complètement abattu par des contestations qu’il était loin d’imaginer l’attendre dans cette rencontre où il devait s’installer comme un grand roi… Qui a dit que chacun a son tour chez le coiffeur ?

En attendant, les Guinéens réclament des excuses et des tablettes pour leurs étudiants : la promesse est une dette !

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin