L’Union des Forces Républicaine (UFR) a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 10 juin 2017, à son siège national sis à Matam. La rencontre a été présidée par Bakary Goyo Zoumanigui. Les manifestations dans la ville de Kamsar; l’insécurité et les vindictes populaires à Conakry ; la mort de 3 soldats guinéens au Nord Mali, ont été entre-autres point débattus, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Avant d’entamer tout débats, le président de la séance a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire des soldats guinéens tués au Mali et celui du jeune militant de l’UFR qui a rendu l’âme à Kamsar lors des dernières protestations sociales.

Par la suite, il a fait comprendre aux militants que la Guinée a perdu au Mali trois soldats, plusieurs blessés et un disparu. « Notre gouvernement a pris l’engagement d’apporter son concours dans la lutte contre les djihadistes dans la République sœur du Mali. Et ce qui est arrivé à nos soldats touche toute la République. Donc je demande aux uns et aux autres pendant ce mois Saint de Ramadan de prier pour le repos de leurs âmes. Et nous attendons ce que le gouvernement va dire, mais il est souhaitable qu’il y ait un mouvement de soutien et de solidarité en direction des familles de ces disparus », a introduit l’honorable Zoumanigui.

Après avoir évoqué le cas des mouvements sociaux dans la ville de Kamsar, l’honorable Zoumanigui a émis ses regrets face à une telle situation. « C’est vraiment déplorable, parce que vous avez une société qui produit le courant et l’eau pour alimenter la cité de ces cadres. Mais le village ancestral et tout ce qui entoure cette cité, ne bénéficient pas de ces avantages. Donc cette situation est vraiment déplorable », a-t-il regretté.

Sur le volet de l’insécurité et justice populaire, il a invité à chacun à penser sérieusement à ces deux maux. «Nous sommes tous des pères et des mères de familles. Il faut que chacune et chacun d’entre nous insiste auprès de nos enfants, pour qu’ils puissent suivre nos conseils. Surtout, chacun de nous est religieux et nos religions interdisent de faire du mal. Ce sont nos enfants qui ont souvent des mauvaises fréquentations, qui se trouvent dans les problèmes de ce genre. Ce n’est pas seulement l’affaire du gouvernement car c’est nous qui avons mis le gouvernement en place. C’est le peuple qui a fait que nous avons un gouvernement et comme c’est nous le peuple, nous devons nous aider nous-mêmes pour que notre sécurité soit effective », a-t-il sollicité.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin