L’assemblée générale du RPG arc-en-ciel, s’est tenue au siège national du parti, ce samedi 10 juin 2017. La rencontre, présidée par le ministre conseiller Alpha Ibrahima Keïra, avait quatre (4) points à l’ordre du jour : une mise au point de la direction nationale du parti, le compte-rendu de la session de formation et de perfectionnement des jeunes cadres du parti, les informations portant sur d’autres activités du gouvernement et le compte-rendu de l’atelier sur le processus électoral, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Alpha Ibrahima Keïra a commencé par rappeler qu’il y a eu un incident fâcheuse à la fin de l’assemblée générale parce que certains jeunes du RPG « qui n’ont pas pu se contenir, ont chahuté de manière discourtoise la DG du port ». Il a tenté de faire revenir les jeunes à la raison en rappelant le militantisme de madame Touré Mawa Keïta. « La directrice générale du port est une de nos camarades de première heure, c’est aussi un membre actif du bureau des cadres du RPG arc-en-ciel. Et notre parti est fondé sur des principes démocratiques, le débat contradictoire, mais aussi et surtout la règle de fonctionnement de toutes les structures du parti, c’est l’autocritique et la critique. Mais, tout cela doit se faire dans la discipline, dans la cohésion. Malheureusement, il nous a été donné de constater que certains de nos camarades se sont laissés dépasser par la passion », a-t-il déploré.

Par ailleurs, le président de séance a invité les jeunes à faire preuve de patience et que le « RPG arc-en-ciel est un parti qui fera tout ce qui est dans son pouvoir, pour donner du travail aux jeunes de Guinée. C’est une priorité. Mais, c’est une jeunesse que nous voulons éduquer, c’est une jeunesse que nous voulons saine, c’est une jeunesse que nous voulons combattante », a laissé entendre monsieur Kéira.

De son côté, M’Bany Sangaré, secrétaire général de la jeunesse du RPG, faisant le compte rendu du deuxième point de l’ordre du jour, a annoncé la fin de formation de 30 jeunes cadre du RPG arc-en-ciel en Esprit d’entreprise. Ces jeunes dont la formation a été financée par le Directeur général de la pharmacie centrale de Guinée, sont issus « des structures des sections, des structures universitaires, des diplômés sans emploi. Ces jeunes, au terme donc de leur formation, sont parmi nous. Dr Konaté (Directeur général de la pharmacie centrale de Guinée Ndlr) par humilité, a placé cette formation sous l’égide du RPG arc-en-ciel », a-t-il expliqué.

S’agissant du troisième point, celui portant sur l’activité du gouvernement, Lansana Koma a parlé du voyage effectué par le chef de l’Etat à Bruxelles, s’attaquant de passage aux jeunes manifestants. « À Bruxelles, je vous l’assure, le professeur Alpha Condé est entrain de marquer des points, malgré des agitations d’une poignée d’individus qui n’ont aucun respect pour leur peuple, aucun respect pour notre Guinée. Donc, comme vous le savez depuis début juin, il y a eu un accord de coopération renforcée dans le domaine de l’énergie durable avec la France et l’Union européenne… Tout récemment, si vous avez suivi, la banque mondiale vient d’octroyer à la Guinée un certain nombre de montant d’une valeur de 500 millions de dollars », a-t-il révélé, tout en promettant de donner plus de détails dans les jours à venir.

Sur le dernier point, l’honorable Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, a dit être étonné que le président de l’UFDG dise qu’aucun point de l’accord du 12 octobre n’ait été respecté. « Un des points de l’accord, c’était de libérer, s’il y avait, les prisonniers arrêtés pendant les manifestations de 2013. À ce jour, il n y a pas un seul en prison. Deuxièmement, il a été dit qu’on devait faire un code électoral par l’Assemblée. À ce jour, le code électoral a été voté à l’Assemblée et envoyé à la Cour Constitutionnelle.

Troisièmement, on a parlé d’indemnisation des victimes de 2013. Chacun a entendu des nombreuses victimes, après nous avons demandé de nous déposer la liste et les circonstances de décès. Depuis octobre jusque maintenant, nous n’avons eu qu’une liste partielle mais au budget on avait fait des prévisions au cas où. Donc, nous ne pouvons pas commencer à indemniser sur la base d’une liste partielle. Donc ce point, nous attendons à ce niveau là liste des parties qui déclarent avoir des victimes », a-t-il signalé.

Par ailleurs, monsieur Camara va aborder la loi L016 relative à la CENI. « J’avoue que nous avons demandé au gouvernement de nous envoyer un projet de loi. Mais, après réflexion, le président de la République a préféré associé l’international pour ne pas qu’on dise ils ont envoyé un projet de loi pour nous l’imposer. Il a demandé à l’OIF de nous envoyer des experts. Nous avons reçu un expert du Cameroun, du Sénégal, du Burkina, du Mali et de la Côte d’Ivoire (…). Les termes de référence ont été présentés. L’UFDG a commencé par contester déjà le contenu, pour dire nous voulons examiner ça, nous ne voulons même pas écouter cet autre. La première attitude désobligeante a été que quelqu’un de l’UFR a dit que nous ne voulons même pas écouter l’expérience Camerounaise. Et, le ministre Boureima Condé était obligé de présenter des excuses au professeur Camerounais au nom du gouvernement », a expliqué Amadou Damaro Camara.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin