L’émission Koloma-débat de la RTG a porté, ce mardi 13 juin 2017, sur l’importation des véhicules d’occasion et des pièces détachées en République de Guinée. Mais, comme tous les jours, les animateurs de l’émission ont commencé par un tour de l’actualité nationale.

C’est ainsi qu’ils ont fait réagir le correspondant de l’AGP à Faranah sur la coupe abusive du bois. Selon notre confrère, il n’y a qu’une seule personne agréé pour la coupe du bois dans cette préfecture. Malheureusement, avec la complicité des agents forestiers, tout le monde s’est livré à la coupe du bois, si fait que l’environnement est sévèrement menacé à Faranah.

Parlant du débat du jour, les animateurs de Koloma-débat ont reçu au studio Ansoumane Camara, chargé de la communication de l’Association des importateurs de véhicules d’occasion et de pièces détachées.

Selon monsieur Camara, son association qui compte aujourd’hui près de six cent (600) membres rencontre toute sorte de difficultés, notamment au port autonome de Conakry. « Depuis trois ans, soit depuis l’arrivée du groupe Bolloré en Guinée, nous sommes confrontés à toutes sortes de tracasseries. Aujourd’hui, c’est très difficile de vendre un véhicule en République de Guinée. À partir de mars 2016, il y a eu une augmentation de plus de 124% dans tous les domaines. Les petites voitures pour lesquelles on payait les droits et taxes à un million 195 mille, est remonté à deux millions 500 mille. On payait le code NIF de l’impôt à 75 mille francs ; aujourd’hui, c’est à un million 75 mille francs guinéens (…). Aujourd’hui, le port de Conakry est le plus cher que les autres ports de la sous-région. Aujourd’hui, le transport entre Dakar et Anvers coûte 330 euros et le Mali qui n’a même pas de port maritime. Le Mali paye 330 euros comme transport entre Anvers et Dakar pour ce même trajet ; Douala qui est en Afrique centrale paye 370 euros ; Abidjan paye 350 euros ; Cotonou paye 350 euros ; Lomé paye 345 euros ; et, Conakry paye 410 euros », a-t-il révélé, rappelant que les autorités guinéennes refusent toute négociation avec les importateurs des véhicules.

Au-delà de ces importants montants qui sont versés aux responsables portuaires, monsieur Camara dit que leurs marchandises ne sont non plus pas en sécurité, alors qu’un autre montant de soixante cinq (65) euros est versé par véhicule. « Nous avons demandé à la société Bolloré de nous situer la responsabilité de ce vol, jusqu’à présent, elle n’arrive pas à nous situer », a-t-il accusé.

Joint au téléphone par téléphone par les animateurs de l’émission en vue d’une confrontation, le Général Toumany Sangaré, Directeur général de la Douane n’a trouvé mieux que d’orienter sa communication sur des débats de personnes, notamment l’intimidation, plutôt que de répondre aux questions des journalistes « quel est ton code NIF ? Je ne peux pas parler avec une personne que je ne connais pas », a notamment répondu le DG de la Douane guinéenne, en direct de la radio nationale ce matin.

A rappeler que l’émission rediffusée à la RTG à 21 heures sur la 88.5 Fm.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Ci-dessous, l’intégralité de cette émission en audio

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin