Ibrahima Kalil Keita, préfet de Siguiri

Des centaines de femmes ont marché dans la matinée de ce mercredi, 14 juin 2017, sur la préfecture de Siguiri pour protester contre la destitution, par le préfet de la localité, du maire de la commune rurale de Fatoya, Siaka Camara, accusé de malversations financières, de coups et blessures, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Les manifestantes n’approuvent pas la nomination de Ganbo Camara au poste de maire de la commune rurale de Fatoya, en remplacement de Siaka Camara, ancien président du district de la localité.

« Ce monsieur n’a rien fait de mal depuis qu’il exerce son travail », lancent-elles, avant de demander des éclaircissements au préfet de Siguiri, Ibrahima Kalil Keïta sur les motifs réels de sa décision.

« A partir de quoi, a-t-il été accusé de malversations financières. Quand on parle de coups et blessures, il faut que le préfet nous dise qui est la victime », insistent-t-elles.

Tout porte alors à croire que les autorités préfectorales n’ont pas encore communiqué sur les griefs qu’elles retiennent contre l’ancien maire de la commune rurale de Fatoya.

En lieu et place d’un interlocuteur officiel, les femmes ont été accueillies devant la bloc administratif préfectoral de Siguiri par un détachement de la Compagnie Mobile d’Intervention Spéciale (CMI) qui a procédé à plusieurs interpellations. Une source policière estime à près de 150 le nombre de femmes manifestantes interpellées pour trouble à l’ordre public, en attendant que les négociations se poursuivent. Cet après-midi, le calme est revenu dans la ville de Siguiri.

A suivre !

Fahid Samah de retour de Siguiri pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin