Hier, mercredi, 14 juin, la représentation nationale a examiné trois textes dont le Programme national de développement national. Après les députés qui ont fait de recommandations, exprimé des réserves et surtout posé des questions sur la faisabilité du programme, la parole est revenue à dame Mama Kanny Diallo de d’apporter des réponses et surtout de donner l’assurance aux élus quant à la possibilité d’exécuter cette loi plan, appelée Programme national de développement social (PNDS) qui s’étend de 2016 à 2020.

Pour Mama Kanny, le problème de financement du PNDS dont l’enveloppe global se chiffre à 130 mille 857 milliards 900 millions de Francs guinéens, « il suffit d’appliquer les lois en vigueur et de prélever efficacement les taxes ». Le problème qu’il faille corriger selon madame la ministre, « c’est plus au niveau du capital humain que des ressources naturelles ». En tout état de cause, Mama Kanny reste formelle sur la question « Nous avons les moyens nécessaires pour notre développement ».

Toujours répondant aux pessimistes, parfois chiffres à l’appui, qui ont qualifié le PNDS, ‘’ de rêve, voir d’utopie’’, « ce plan, est début de solution pour notre développement. Une fois, les contraintes, les règles et mesures sont identifiées et à mettre en place, ça devient facile pour le développement », rassure t-elle aux députés.

L’autre argument pour soutenir ce programme, c’est le secteur privé dont la contribution s’élève à 38 % contre 30% pour le budget national et 32% pour les partenaires au développement. « Le secteur privé bénéficie d’une place de choix dans ce plan », soutient-elle.

Abordant les nombreuses questions et problématiques minières, Dame Kanny confirme la place de ce secteur et de rôle dans le dispositif du PNDS en précisant toute fois que « nous devons tenir compte de tous les paramètres notamment ceux liés à la protection de l’environnement en de promouvoir le développement durable particulièrement dans les zones impactées ».

Sachant que la paix et la stabilité du pays sont les principales conditions sinequanone de tout développement, la ministre a insisté sur la responsabilité de tous les acteurs à prendre un nouveau départ pour l’avenir du pays et de ses enfants. « Notre confort individuel c’est vrai, mais l’avenir du pays est beaucoup plus important que cela. Si nous insistons sur l’intérêt national et l’intérêt du pays, c’est ce qui va rester », a t-elle souligné.

Avant de promettre d’envoyer par écrit les réponses à toutes les questions posées, Hadja Mama Kanny s’est réjouit du climat favorable et de l’environnement qu’elle a bénéficiés des députés pendant les travaux en commission. « Je remercie les députés pour leur attitude. Vous avez montré cette volonté de contribuer au développement de notre pays. C’est vrai que certains sont excédés mais il nous faut nous donner les mais pour apporter les corrections nécessaires », a-t-elle conclu.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin