Les fidèles musulmans ont entamé les 10 derniers jours du mois de ramadan 2017. Des jours où chacun s’active dans l’adoration de Dieu à travers des prières nocturnes dans les mosquées et dans d’autres lieux appropriés, à la recherche de la nuit du destin. Pour comprendre l’importance de ces prières nocturnes appelées ‘’Guiyaamou Laïl’’, Guineematin.com a reçu ce matin du vendredi 16 juin 2016, le prédicateur islamique, Oustaz Ramadan Bah.

Dans son introduction, le prédicateur a expliqué que c’est un sujet très important pour le musulman puisque c’est une partie appelée « la libération de l’enfer ». Se référant au saint coran, Oustaz Ramadan Bah a que la nuit du destin ‘’Laylatoul Gadr’’ est meilleur que 1000 mois d’adoration : « Si le musulman prend du courage et adore Dieu pendant ces 10 dernières nuits, de 1 heures à 4 heures du matin au moins, sa récompense sera l’adoration de 1000 mois. Si nous faisons le calcul, cela donne 83 ans et 4 mois. Donc, c’est immense. C’est une occasion à ne pas rater et le musulman doit s’efforcer pour trouver cette nuit », a-t-il dit.

Pour appuyer son argumentaire, le prédicateur a ajouté que quelque part, le prophète Mohamad (PSL) a dit : « recherchez la nuit du destin dans la nuit des 10 dernières nuits du ramadan.» Donc, la nuit du destin se trouve entre ces dix dernières nuits mais on ne sait pas exactement c’est la quelle. C’est pourquoi pendant ces 10 dernières nuits, le musulman doit chasser la paraisse et abandonner tout pour rechercher cette nuit », a-t-il conseillé aux musulmans.

A la question de savoir comment doit-on se comporter pendant cette période cruciale, Oustaz Ramadan Bah appelle à éviter surtout le péché et à multiplier les adorations de Dieu. Chacun à la limite de ses capacités : « Pendant ces dix derniers jours du ramadan, le musulman doit bien se comporter et surtout éviter de commettre les péchés. Il doit faire beaucoup d’adorations. La première et la meilleure des adorations c’est de se rendre à la mosquée pour prier avec les musulmans. A défaut, puisqu’on a des gens qui parfois, ne peuvent pas rester débout pendant longtemps pour prier, ceux-là peuvent par exemple s’asseoir et lire le saint coran. Ils peuvent faire des invocations et même se promener pour faire des sacrifices, pour ceux qui en ont les moyens », a-t-il dit.

Insistant sur la portée de ces 10 dernières nuits, le prédicateur, Oustaz Ramadan Bah, appelle tous ses frères et sœurs à profiter pour se rapprocher de Dieu. « Nous savons qu’il est difficile de voir à notre temps quelqu’un qui a 80 ans et plus. Alors, si nous adorons Dieu pendant ces 10 dernières nuits, on aura le bien de celui qui a adoré Dieu pendant 83 ans 4 mois. Imaginez que Dieu nous la chance de faire cela pendant plusieurs années. C’est une récompense immense », a-t-il souligné.

A la question de savoir si c’était une méconnaissance de la religion qui faisait certains musulmans prétendraient que la nuit du destin se trouve être la 26ème, Oustaz Ramadan Bah a rappelé l’un des enseignements du prophète Mohamad (PSL) avant de donner un exemple : « Quelque part c’est une méconnaissance mais dans un hadith le prophète Mohamad (PSL) nous enseigne qu’on doit rechercher cette nuit dans les 10 dernières nuits du mois de ramadan. Surtout, nous devons veiller sur les nombres impairs. » Voilà pourquoi certains disent que cette nuit se trouve dans la nuit du 26 au 27 du mois de ramadan. Mais, ce qui est plus authentique c’est ce hadith qu’on vient de citer.

Par exemple, si on vous disait qu’il y a une très forte somme d’argent dans l’une des 10 chambres. Vous aller ouvrir toutes les 10 chambres pour retrouver la somme ou bien ouvrir une seule ou quelques chambres ? Sachant que si vous choisissez une seule ou quelques chambres et que la somme ne se trouve pas, vous avez perdu. Mais, si vous ouvrez toutes les 10 chambres, il est sûr et certain que vous trouverez la somme. C’est pourquoi il est plus important de rechercher la nuit pendant les 10 dernières nuits que d’indexer une nuit », a-t-il conseillé.

Sur l’insistance du journaliste de savoir si le prophète Mohamed n’avait pas indexé la nuit, Oustaz Ramadan Bah est catégorique : « Le prophète ne l’avait pas fait. Il ne dormait plus dès que les 10 dernières nuits arrivaient. Il faisait la retraite spirituelle qui consiste à quitter sa maison pour venir à la mosquée et adorer Dieu pendant ces 10 nuits qui finissaient qu’à l’apparition du croissant lunaire pour le prochain mois. Pendant ce temps, le prophète (PSL) réveillait tous les membres de sa famille qui pouvaient prier pour qu’ils participent à cette adoration divine », a-t-il conclu.

Propos recueillis et décryptés par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin