Assèchement des cours d’eau à Gaoual: les éleveurs ont déjà perdu plus de cent bœufs !

Depuis quelques temps, les éleveurs de la préfecture de Gaoual sont confrontés au manque d’eau dans les cours d’eau. Ce qui a entrainé la mort des centaines de bœufs dans l’ensemble de la préfecture.Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com, ce mardi 20 juin 2017, le préfet de Gaoual, monsieur Souleymane Sow a confirmé la mauvaise nouvelle avant d’expliquer son origine : « Cette année, nous assistons à une baisse drastique du niveau des cours d’eau. A Gaoual centre, il y a la rencontre des fleuves Tominé et Gomba qui forment la Koliba. De mémoire d’homme, personnellement, je n’ai jamais vu ces grands cours d’eau baisser de cette façon. Il y a des filets d’eau par endroit et beaucoup de pousser d’arbres dans les lits des cours d’eau qui entrainement l’ensablement ».

Concernant ce qui serait à l’origine du tarissement des cours d’eau à Gaoual, le préfet a parlé de la coupe abusive du bois : « sur l’ensemble des montagnes, tous les berges ont été dévastées. Les gens ont coupé les bois partout pour faire des cultures. Donc, avec cette coupure, il n’y a plus d’obstacle pour le ruissellement qui, à son tour, draine beaucoup de limons et de sables vers les cours d’eau. Quand cela arrive, le sol va former des assises. Aujourd’hui, si vous traverser le pont de la Koliba, de droite à gauche, les arbres poussent sur le lit même du cours d’eau. D’une façon générale, tous les cours d’eau ont baissé cette fois-ci à Gaoual ».

Parlant des conséquences liées à ce manque d’eau, monsieur Souleymane Sow a parlé du taux élevé de mortalité au niveau du cheptel en brousse. « L’élevage qui est là est intensif. En saison sèche, pratiquement, pendant 7 à 8 mois, les bœufs sont laissés à eux-mêmes en brousse. Ils mangent tout ce qu’ils rencontrent ; mais, à un moment donné, ils ont besoin d’assouvir leur soif. Dans les cours d’eau, les berges sont devenues tellement hautes, il y a parfois des chutes importantes de sorte qu’il y a eu assez de pertes d’animaux », a déploré le préfet.

Pour ce qui est des efforts fournis par les autorités pour venir à bout de ce drame, Souleymane Sow pense à la réalisation de plusieurs points d’adduction d’eau entre Gaoual et Koumbia ; mais, qui sont toujours insuffisants. A en croire le préfet, Gaoual est la plus grande préfecture sur le plan de l’élevage. Cette préfecture détient le 8ème de tout le cheptel de la Guinée, a précisé la première autorité locale.

Mais, aucune statistique n’est pour le moment disponible. « C’est quand ils vont parquer les animaux qu’ils sauront combien de tête ils ont perdu. Et, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de grande pluie à Gaoual », a indiqué le préfet.

Egalement joint au téléphone par Guiematin.com, Elhadj Samba Kourou Diallo, l’un des plus grands éleveurs de la localité, ne cache pas sa préoccupation. Il fait appel à l’Etat pour sauver ce qui reste du cheptel. N’ayant également pas de statistique, Elhadj Samba annonce tout de même la perte d’une centaine de bœufs chez seulement deux éleveurs… « A cause du manque d’eau, nous avons perdu plusieurs de nos bœufs. Notre cheptel est devenu important et tous les bœufs ne peuvent pas être sur le même endroit. Généralement, les bœufs qui descendent dans la boue au niveau des cours d’eau ne parviennent plus à remonter. Elhadj Amadou Diallo et moi, avons totalisé plus d’une centaine de bœufs qui sont morts de soif », a-t-il révélé.

SOS pour les éleveurs de Gaoual !

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS