Conformément au communiqué du secrétariat général des Affaires religieuses, les fidèles musulmans de Guinée ont célébré l’Aïd el fitr ce dimanche, 25 juin 2017. Cette journée a été ponctuée par des prières et des sermons dans les mosquées et espaces publics réservés à cet effet. Au quartier Minière, dans la commune de Dixinn, C’est l’imam Cheick Sylla de la mosquée de la Carrière qui a dirigé la prière, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Tout d’abord, l’imam, Cheick Sylla, a rendu gloire à Dieu pour cette opportunité qu’il offre aux fidèles musulmans en ce jour de s’acquitter de cette obligation religieuse, malgré la forte pluie qui s’abattait sur Conakry, la capitale guinéenne, dans la matinée de ce dimanche.

« Dieu, par sa suprématie, fait ce qu’IL veut, quand IL veut et comme IL le veut. C’est la preuve ce matin. Malgré la spécificité de la journée d’aujourd’hui, IL a fait venir la pluie. Et, maintenant, à l’instant où je parle, s’IL le désire, IL peut stopper la pluie. Il faut Lui rendre grâce pour la santé, la force et l’énergie qu’IL nous a données pour venir à cette prière aujourd’hui », a-t-il entamé.

La constate dans la prière, tout en restant dans l’esprit des bonnes habitudes du Ramadan
C’est du moins ce que conseille l’imam Cheick Sylla : « Il y a une maladie incurable que personne ne peux soigner. De Donka à Ignace Deen, on ne peut nulle part avoir un médicament pour cette maladie incurable. Le fait de se faire appeler musulman et ne pas s’acquitter de ses obligations religieuse est très grave. Et, cela peut être préjudiciable à tous ceux là qui s’amusent à se lancer dans cette aventure. Pendant ce mois saint de Ramadan, vous avez appris et restez constants. Donc, il est important que vous soyez ainsi durant le restant de la vie. Soyez des musulmans pratiquants et non des musulmans de nom. C’est seulement à travers cette prière que vous allez vous rapprocher du Créateur… », a notamment prêché l’imam la mosquée de la Carrière.

A ceux qui pensent que le Ramadan est une session de rattrapage, l’iman Cheick Sylla a tenu à préciser que « c’est un mois de pénitence ; mais, cela ne veut pas dire qu’après ce mois il faut reprendre les mauvaises habitudes pour espérer se rattraper l’année prochaine ! Ceux qui le font se trompent. Nous sommes ici aujourd’hui ; mais, personne ne sait ce que nous réserve demain. Donc, demeurez dans les bonne œuvres pour avoir la clémence du Miséricordieux… ».

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin