De nos jours, la Guinée connait une multiplication d’unités de production d’eaux minérales. Les rues et places publiques de la ville de Conakry sont envahies par ces déchets plastiques. Pour évoquer les risques liés à ce phénomène, un reporter de Guineematin.com a rencontré ce mardi 27 juin 2017, le Professeur Sékou Moussa Keita, directeur général du CERE (Centre d’Etudes et de Recherche en Environnement).

Pour le Professeur Sékou Moussa Keita, les dangers du plastic son bien réels. « Ces déchets plastiques jetés partout en Guinée ont des effets négatifs sur le plan biologique puisqu’ils ne sont pas biodégradables ; ils empêchent les graines de pousser et de se développer. Dans les cours d’eau, ça gêne la production des poisons », dit-il.

Sur le plan sanitaire, le Directeur Général du CERE soutient que « ces déchets sont nuisibles à la santé humaine d’autant plus que qu’ils sont mal gérés. Certains se permettent de les brûler. Cependant, en les brûlant, la fumée qui s’en dégage provoque de sérieuses maladies », fait-il remarquer.

Quelles solutions faut-il envisager ?

Le DG du CERE pense qu’il ne s’agit pas seulement « d’interdire les déchets plastiques, il faut trouver des alternatives à travers de vastes campagnes de sensibilisation dans les lieux publics. Pour résoudre ce problème, il y a lieu que ces plastiques soient remplacés par d’autres biodégradables », a-t-il préconisé.

De son côté, monsieur Abdoul Karim Barry, responsable technique du laboratoire d’analyses à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, regrette que « les plages, les cours d’eau, les lieux publics, les centres de ménage, etc. soient envahis de ces déchets. Le manque d’information des populations sur le mode de gestion de ces ordures fait qu’on a des tas de déchets de toute sorte qui constituent des sources de maladies pour la force productrice. Et, cela affecte dangereusement le facteur socio-économique du pays », dira-t-il.

Enfin, comme proposition de solution, Monsieur Abdoul Karim Barry demande l’installation des poubelles, l’intervention des ONG, des PME de ramassage d’ordures…

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin