Dans un entretien accordé à Guineematin.com, le porte parole de l’Association des Vidangeurs de Conakry, Ousmane Diallo, a annoncé qu’ils sont en grève depuis mardi 27 juin dernier.

Sur les raisons de cette grève, le jeune entrepreneur Ousmane Diallo, a évoqué du manque de dépotoir : « Il y a trois jours maintenant que nous ne travaillons pas. Nous n’avons plus de lieu de dépotage. Pourtant, ce que nous faisons comme métier est purement social. Pour la petite histoire, il y avait deux sites de dépotage à Conakry : le site de Yimbaya et celui de Sonfonia Gare. Mais, il y a eu des soulèvements populaires qui ont interdit des versements sur les deux sites. Nous sommes parfois victimes de casse. Nous faisons ce travail pour toute la population de Conakry. Avec en moyenne, trente véhicules qui font au moins un tour par jour chacun. Mais, nous ne bénéficions d’aucune aide, d’où cette grève », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Ousmane Diallo dit avoir mené sans succès plusieurs démarches, notamment auprès du président de la délégation spéciale de Ratoma, les cadres du MATD, de l’Environnement. «Nous créons de l’emploi et c’est aujourd’hui une prérogative pour l’Etat de nous soutenir. La population commence déjà à se plaindre. Je prends l’exemple sur le marché de Madina. Avec les toilettes publiques au minimum chaque deux jours, il y a un camion qui vient pour vider. Imaginez l’impact de l’arrêt de cette activité. Déjà, on commence à être harcelé par les gens de Madina. Ce qui veut dire qu’il y a des répercussions. Nous allons maintenir notre grève et si les autorités ne réagissent pas, nous allons marcher », a-t-il annoncé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin