Fraude au brevet : « les 21 enseignants arrêtés sont issus des écoles privées », dit le ministre

Après la fin du Brevet et de l’Examen de fin d’Etudes Élémentaires le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a organisé un point de presse dans les locaux de son département. Cette rencontre qui s’est tenue ce mercredi 5 juillet 2017 a permis à Ibrahima Kalil Konaté de faire le bilan des ces deux premiers examens rapporte un reporter de Guineematin présent sur les lieux.

D’entrée, le ministre est revenu sur le déroulement des épreuves à l’examen de fin d’Etudes Elémentaires, évoquant des manquements constatés au niveau de certains enseignants. Selon Ibrahima Kalil Konaté, neuf (09) enseignants ont été renvoyés pour usage et port du téléphone dans les centres, un délégué préfectoral également renvoyé pour retard abusif.

Par contre, aucun candidat n’a été pris en flagrant délit. « Sur les deux cent trois mille (203 000) candidats à l’examen de fin d’études élémentaires, aucun élève n’a été renvoyé pour fraude ou tentative de fraude. Une mention spéciale est donnée à ces candidats pour bon comportement observé au cours du déroulement des épreuves», s’est félicité monsieur le ministre.

Au niveau du Brevet d’Etude du Premier Cycle, le bilan n’est pas reluisant, si l’on s’en tient aux propos du ministre Konaté. Selon lui, « huit (08) enseignants et deux (02) candidats ont été renvoyés pour port et utilisation de téléphone, six (06) surveillants remerciés pour légèreté dans la fouille corporelle des candidats avant leur entrée en classe, quatre (04) enseignants et cinq ( 05) candidats ont été épinglés pour substitution de candidats, trois (03) enseignants pris pour communication de réponse des sujets aux candidats et cinq élèves qui ont été arrêtés pour saisie de documents dans la salle. Au compte du BEPC, vingt-un (21) enseignants et douze (12) candidats ont été renvoyés et ajournés conformément à la loi qui régit l’organisation des examens nationaux », a fait remarquer Ibrahima Kalil Konaté.

Le ministre a également précisé que tous les vingt-un (21) enseignants arrêtés pour fraude sont issus des écoles privées. Un acte qui donne raison à ceux qui pensent que seuls les enseignants du secteur public doivent être recrutés pour surveiller les examens nationaux. Le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation soutien ces personnes dans leur raisonnement.

Avant de finir, Ibrahima Khalil Konaté a levé le voile sur le budget alloué aux examens nationaux dans leur ensemble pour la tenue des examens nationaux. Le budget de cette année, qui s’élève à 80 milliards de francs guinéens, a été proposé par l’ancienne équipe que dirigeait Dr Ibrahima Kourouma. Dans ce budget, l’équipe de K2 a utilisé un montant de 49 milliards et entend présenter le reste en conseil des ministres pour proposer la rénovation de certaines écoles publiques de la capitale.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/657 64 87 53

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS