Comme nous l’annoncions précédemment, des manifestations ont eu lieu à l’école primaire du Centre (Kaloum) hier, lundi, lors de la dernière épreuve du jour. Ce mardi 11 juillet 2017, un de nos reporters s’est rendu sur place pour donner la parole aux candidats, délégué et autres acteurs.

Selon Almamy Samory Camara, élève en sciences expérimentales au lycée 2 octobre, la manifestation d’hier résulte de la rigueur imposée par le délégué national du centre.

« Le délégué est très méchant ! Il refusait qu’on sorte pour aller même pour les toilettes. Une attitude qui n’a pas été du goût de nos collègues. Donc, les gens ont commencé à lancer des pierres. Quand même, aujourd’hui, tout s’est bien passé, les élèves ont pu communiquer », a-t-il fait remarquer.

Également interrogé par le reporter de Guineematin.com, Marie Térès, candidate, option sciences expérimentales à Saint-Joseph, a dit que les manifestations d’hier ont commencé dès après le lancement du sujet de biologie. « Après les évaluations hier, il y a eu des menaces, parce que nous avons eu des difficultés en biologie qui est notre matière de spécialité. En plus, on était collé dans la classe. Du coup, les élèves ont commencé à jeter des cailloux. Ce n’est qu’après quelques minutes que les policiers aussi sont venus intervenir », a-t-elle témoigné.

Plusieurs autres candidats rencontré dans ce centre ont dit avoir manifesté hier pour exprimer leur ras-le-bol contre les surveillants qui ne leur ont pas permis : « au moins de communiquer entre eux… ».

De son côté, madame Djéné Mama Kaba, Directrice Communale de l’Education de Kaloum a reconnu qu’il y a eu une manifestation « spontanée » à l’école primaire du centre, alors qu’elle était dans un autre centre dans le cadre du contrôle de routine.

« Comme vous le savez, les enfants on dit qu’ils étaient trop collés, c’est pourquoi ils ont réagi de la façon. Moi, je leur ai dit ce matin qu’ils n’ont pas raison. Quand vous prenez les cours pendant toute une année, la fin de ce programme doit être chapeautée par un examen ; donc, il faut que vous acceptiez qu’on vous évalue. J’ai donc donné les conseils utiles aux élèves et ils ont affronté les deux épreuves de ce mardi dans le silence », a expliqué la DCE de Kaloum.

Enfin, pour le délégué du Centre, Boubacar Mansaré, la frustration des élèves prouve que les responsables qu’ils sont ont joué parfaitement leur rôle. « Je pense que la Directrice communale, les surveillants et les délégués que nous sommes, chacun a joué son rôle pour éviter que les enfants ne copient… Si nous avions laissé faire, il n’y aurait pas eu de problème… », a notamment dit monsieur Mansaré, ajoutant que ceux qui ont été pris en flagrant délit ont été sanctionnés : « j’ai fraudé deux élèves, un avait le téléphone en classe et l’autre a été pris avec un document », a-t-il révélé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin