Obsèques de Pascal Tolno : les témoignages de Dr. Tidiane Souaré, Cellou Dalein, Yéro Baldé et le fils aîné du défunt

Le professeur Charles Pascal Tolno, écrivain et homme politique, décédé le 2 juillet dernier dans un hôpital parisien, a été inhumé hier, lundi 10 juillet 2017, au cimetière de Cameroun. Mais, avant, parents, amis et proches collaborateurs lui ont rendu un dernier hommage au Palais du peuple, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Au cours de l’exercice de sa profession d’enseignant, feu Charles Pascal Tolno a formé plusieurs hauts cadres de la République de Guinée comme Elhadj Cellou Dalein Diallo, l’honorable Amadou Damaro Camara, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Livrant son témoignage à l’occasion des obsèques organisées hier, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, feu Charles Pascal Tolno est comme un père. « Je suis ami à ses fils, surtout le premier qui est décédé il y a quelques années, on était ensemble au lycée. Toute l’attention que Charles Pascal Tolno accordait à son fils, il me l’accordait également en termes de formation et d’éducation. En tant que Ministre de l’enseignement supérieur et selon les informations que j’ai, il a eu un impact positif sur la qualification du système éducatif. En tant qu’écrivain, nous avons vu toutes les œuvres qu’il a publiées, ça donne l’image d’un homme qui a toujours mis la barre haut en terme d’excellence ; et, j’espère que ces œuvres vont perdurer après sa disparition », a dit le ministre de l’enseignement supérieur.

Pour l’ancien Premier ministre, Ahmed Tidiane Souaré, feu Charles Pascal Tolno, qui a été son professeur au lycée, a toujours été un enseignant rigoureux avec lequel il a entretenu de bonnes relations après ses études. « Comme cela a été dit, c’est un homme immense, qui a évolué dans divers domaines, titulaire de deux licences : Mathématiques et Physique… Ensuite, il a eu des échelons administratifs importants, le poste de Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il s’est aventuré dans l’écriture, là aussi il a eu des publications abondantes et il a été à l’origine de la création de l’association panafricaine des écrivains dont il sera le président. En Guinée aussi il a été le premier président des écrivains », a rappelé Dr. Souaré.

De son côté, Elhadj Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne a dit avoir connu le professeur Charles Pascal Tolno en 1969, alors qu’il était au lycée de Labé. « Alors, je le vois arriver pour la première fois dans ma classe, l’établissement était dirigé à l’époque par monsieur Bachir Touré. Il a été introduit par le surveillant général qui s’appelait Maki. Il est venu, on l’a introduit comme une de nos fiertés nationales parce que c’était le tout premier professeur guinéen. Je retiens de lui un professeur attentionné, exigeant et rigoureux avec lui-même et avec ses élèves », a-t-il rappelé, précisant avoir gardé de bonnes relations avec son professeur.

Parlant de sa collaboration au sein de l’opposition républicaine avec le doyen Charles Pascal Tolno, par ailleurs président du parti PPG, Elhadj Cellou Dalein Diallo dira que c’était un homme courageux et rassembleur. « J’ai admiré son courage, il était doté d’un courage exceptionnel. Il était toujours en première ligne dans nos manifestations, il recevait comme nous en pleine figure les gaz lacrymogènes, il a même été frappé une fois malgré son âge. (…). Il était aussi le sage, il n’acceptait jamais que l’opposition républicaine se fissure. Je ne sais pas si son absence prolongée n’a pas contribué à ce qui arrive maintenant », s’est finalement interrogé le patron de l’opposition guinéenne, rappelant que feu Charles Pascal Tolno convoquait des réunions chaque fois qu’il sentait des frustrations au sein des membres de l’opposition.

Enfin, Jules Kwamé Tolno, le fils aîné de Charles Pascal Tolno a dit retenir de son père un homme attentionné, animé d’humilité. Louant les qualités d’un père presque parfait, Jules Kwamé Tolno a dit que son défunt père, malgré son statut d’enseignant, s’est bien occupé de la formation de ses enfants. « La preuve, tous ses enfants ont un diplôme universitaire », a-t-il révélé, priant ainsi pour le repos de son âme.

Après les obsèques et la grande prière à l’église, feu Charles Pascal Tolno a été inhumé au cimetière de Cameroun où désormais il réponse à jamais. Il laisse ainsi derrière lui 5 enfants et une veuve.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS