La campagne de reboisement sera lancée aujourd’hui, samedi 15 Juillet 2017, sur toute l’étendue du territoire national. Ce lancement coïncide à une exploitation anarchique du bois en République de Guinée. Pour évoquer cette problématique, un reporter de Guineematin.com a rencontré hier, vendredi 14 juillet, le colonel Moussa Kanté, directeur général adjoint de l’Office Guinéen du Bois (OGUIB).

Selon cet officier en charge de la protection des eaux et forêts « jusqu’en 2010, la coupe du bois était abusive et anarchique. Mais, suite à un appel que nous les techniciens avons lancé au département de l’environnement, une série de mesures a été mise en place. Il s’agit notamment du recrutement et de la formation des gardes forestiers. A cet effet, deux mille six cents (2 600) agents sont formés et postés à travers tout le pays. Cinq cents (500) parmi eux viennent de finir leur formation. Ils sont déjà placés à leur poste de service », a expliqué le colonel Kanté.

Interrogé sur les accusations de collusion entre ces gardes forestiers et les coupeurs de bois, le colonel Moussa Kanté n’y croit pas trop. « Je crois en eux, je suis certain de leur morale. La preuve est que depuis la réhabilitation des structures de garde foresterie en 2010, je ne dis pas qu’il n’y a pas de la coupe du bois, mais pas abusive et ce, grâce à l’implication de nos gardes. De nos jours, nous avons une stratégie de contrôle qui a pu identifier 83 dépôts ou parcs de bois à Conakry. Il est désormais initié de professionnaliser la vente du bois dont les cartes sont déjà confectionnées. Cette nouvelle mesure entrera en vigueur très bientôt. Donc, c’est pour vous dire que le désordre va cessera si tout va bien dans un court instant », a-t-il promis.

Par ailleurs, le colonel Moussa Kanté dira qu’il y a tout de même des difficultés de compréhension entre son service et les communautés. « Il y a un problème sérieux entre les communautés rurales et nous sur le mode de répartition des redevances forestières et le quota conjoint de la coupe du bois. Il est reparti selon la grandeur de réserve du bois dans toutes les préfectures qui en disposent. Par exemple, à Macenta, c’est 6 camions par mois d’autres 2 ou 3, ainsi de suite. Mais, les responsables des CRD veulent couper beaucoup plus que de respecter les normes. Les redevances sont reparties comme suit: 35 % pour la communauté locale, 10 % pour les agents, 5 % pour la préfecture et le reste pour le département central destiné aux programmes de reboisement », a précisé le colonel Moussa Kanté.

A préciser qu’un reporter de Guineematin.com est arrivé tôt ce samedi, 15 juillet 2017 à la forêt de Demoudoula, ou ce qui en reste, pour vous relayer la cérémonie officielle du lancement de cette campagne de reboisement par les autorités guinéennes.

A suivre !

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin