Crise Politique : vers la promulgation du code électoral par le président Alpha Condé

Allons-nous vers la fin du bras de fer entre le pouvoir et l’opposition ? En tout cas c’est ce que révèle le ministre conseiller personnel du chef de l’Etat, Tibou Kamara. Joint au téléphone dans l’émission Le grand débat de la radio Tamata FM, ce samedi 15 juillet 2017, Tibou Camara a expliqué les démarches en cours pour rapprocher les protagonistes. Dans le même ordre d’idée, le conseil personnel d’Alpha Condé a indiqué que le code électoral sera bientôt promulgué par le président de la république.

D’abord, Tibou Camara a rappelé les engagements pris par le président, afin d’éviter une nouvelle crise politique dans le pays. N’eût été la remarque des professionnels du droit le code serait déjà promulgué. « Le président de la République a tenu à faire en sorte que les remarques de la Cour Constitutionnelle soient irréprochables. On peut s’attendre, après ce travail, à la promulgation du code électoral, dans les prochains jours. N’eût été l’arrêt de la cour constitutionnelle déclarant certains points du code électoral amendé non conformes à la Constitution, ledit texte aurait déjà été promulgué », annonce Tibou Camara.

A en croire le conseiller personnel du chef de l’État, cette promulgation du code électoral pourrait être un déclic pour l’application des autres points de l’accord du 12 octobre 2016 et permettra au pays de sortir de cette crise latente. « La promulgation du code permettra de lever les autres contraintes sur l’application de l’accord et cela va contribuer à rétablir la confiance entre les acteurs. Ce qui permettra de sortir de cette crise latente que le pays connait avec la menace de l’opposition de manifester », a dit Tibou Camara.

Parlant des demandes pressantes de l’opposition, Tibou Kamara explique qu’il existe « la volonté de la part de tous les acteurs de ne pas retomber dans la crise que le pays a connue. L’opposition demande l’organisation des élections communales avant les législatives et la présidentielle. Mais pour arriver à cela, il faut mettre en place une nouvelle CENI. C’est pourquoi il faut nécessairement poser des actes significatifs pour que la volonté politique ne soit plus remise en cause. Cela pourrait rassurer toutes les parties prenantes », préconise t-il.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620848501

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS