Monsieur Ibrahima Béavogui, magistrat et ancien porte parole du ministère de la Justice n’est plus ! Décédé dans la nuit du jeudi à vendredi 27 juillet 2017 à Ignace-Deen, monsieur Bea, comme on l’appelait affectueusement, traînait depuis quelques mois une maladie qui a finalement eu raison de lui, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui s’est rendu, ce vendredi, 28 juillet 2017, au domicile du défunt à Lambannyi.

Monsieur Béavogui a participé à la rédaction de plusieurs textes de loi en Guinée, dont la constitution de mai 2010. Outre les hautes fonctions qu’il a occupées au ministère de la justice, monsieur Beavogui, professeur de Droit dans les universités guinéennes, a participé à la formation de plusieurs hauts cadres du pays, a-t-on appris sur place.

Ce vendredi, la maison du défunt ne désemplissait pas, parents ami et alliés y étaient mobilisés. La tristesse se lisait sur tous les visages. Toujours dans le choc Kékoura Béavogui, un des fils du défunt qui accepté de parler au reporter de Guineematin.com se dit perdu.

« Mon père était très malade, il devrait aller à Dakar pour se faire soigner. Avant hier (mercredi), nous avons été à l’aéroport, après consultation, le médecin de l’aéroport a dit que mon père n’est en mesure de pouvoir voyager parce que l’altitude pourrait aggraver sa maladie et que s’il devait voyager, il doit être accompagné d’un médecin et sur civière à huit places. Ensuite, on s’est retourné à la clinique mère et enfant. De là-bas, on l’a transféré chez un radiologue à Ignace Deen. Et, c’est hier, vers 20 heures, on s’apprêtait à lui donner à manger et c’est en ce moment qu’il a rendu l’âme », a-t-il expliqué le deuxième fils du défunt.

Pour Kékoura Béavogui, bien qu’étant malade il y a longtemps, c’est pendant ces vingt derniers jours que l’état de santé de son papa s’est aggravé. « Mon père était un homme bien, juste et qui aimait tout le monde. Il était un exemple parmi plein de personnes. C’est un modèle pour moi », a ajouté le fils du défunt.

Également interrogé par le reporter de Guineematin.com, Lancinè Konaté, vivant en Allemagne et qui est actuellement en séjour en Guinée, a dit avoir « adopté » monsieur Ibrahima Béavogui, alors que ce dernier était enfant. « Ibrahima Beavogui, je ne sais pas comment le qualifier. Tous les habits traditionnels que j’ai, c’est lui qui me les a offerts. Chaque fois qu’il venait en Europe, quelque soit le pays, il faisait toujours un tour chez-moi. Quand vous faites une discussion, il oublie rapidement, ça c’est une bonne qualité », a-t-il témoigné.

Feu Ibrahima Béavogui était marié à une femme et était père de trois garçons.

A rappeler que les cérémonies funéraires sont prévues à la cour d’appel de Conakry, le mardi prochain, 01 Août 2017 à 09 heures. Et, l’enterrement suivra le même jour après la prière de 14 heures à la grande mosquée de Conakry.

Guineematin.com présente ses condoléances les plus attristées à la famille du défunt et à tout le peuple de Guinée.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin