Arrêtés le lundi dernier (24 juillet 2017) et détenus à la prison civile « pont de fer » de Boké, suite à une manifestation, les quinze (15) jeunes manifestants ont recouvert leur liberté ce lundi 31 juillet, a appris le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Après avoir fait une semaine sous le violon, ces jeunes manifestants qui réclamaient pourtant l’emploi dans les sociétés minières, ont obtenu une liberté provisoire dans la soirée de ce lundi, grâce aux interventions de plusieurs couches sociales, notamment les sages et les membres de la commission de suivi et réflexion de la plateforme revendicative des populations de Boké.

L’accord de leur libération a été obtenu du Gouverneur de la région, le Général Siba Séverin Lohalamou, suite à une réunion qui s’est tenue ce matin dans la salle de conférence du gouvernorat de Boké entre les sages de la commune urbaine et de Kaboe conduits par l’inspecteur régional des affaires religieuses Elhadj Wakil Yattara, la commission de suivi et réflexion conduite par Oumar ODD Diallo et les autorités administratives.

C’est maintenant dans les environs de 16H que les quinze jeunes ont été sortis de prison pour être conduits à la direction régionale de la police où ils ont tous signé l’engagement de ne plus organiser ou participer à un mouvement de revendication et se sont engagés à rester derrière la commission de réflexion pour tout besoin.

En recevant le correspondant de Guineematin.com à son bureau où les jeunes libérés ont signé leur engagement, le directeur régional de la police, le Colonel Kandja Mara a donné quelques explications. « C’est grâce à l’implication des sages qui eux-mêmes se sont engagés à sensibiliser les jeunes, que les autorités ont accepté leur libération. On a aussi estimé que les jeunes ont compris qu’ils étaient en faute. Ils ont reconnu. C’est pourquoi d’ailleurs ils ont tous pris l’engagement de ne plus reprendre pareille. Nous avons donc pris leur liste que nous avons partagée comme suit : une copie au gouvernorat, une copie à la préfecture, une à la sûreté, une à la gendarmerie. En cas de récidive, ils seront les premiers à être appréhendés », précise-t-il.

Rencontré également à sa sortie de la salle de réunion, le Président de la commission de suivi et réflexion Oumar ODD Diallo a exprimé sa satisfaction d’avoir obtenu la libération de ces 15 concitoyens qui étaient détenus depuis une semaine. « Nous avons tous condamnés le comportement de ces jeunes pour avoir sauté tout le monde et organiser un soulèvement. Mais comme je vous le disais la semaine dernière, nous nous battions pour leur libération et nous l’avons obtenu aujourd’hui. Nous remercions vraiment les autorités locales qui nous ont une fois encore honoré et nous avons pris l’engagement d’encadrer les jeunes pour ne pas qu’ils récidivent », a-t-il dit.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin