Les partis politiques de l’opposition républicaine ont organisé ce lundi, 31 juillet 2017 à Kagbelen, dans la commune de Dubréka, leur 4ème meeting. C’est le siège de l’UDG, le parti dirigé par Elhadj Mamadou Sylla, qui a servi de cadre à la rencontre. De nombreux discours ont ponctué le meeting, tous critiquant violemment la gouvernance Alpha Condé, a constaté sur place Guineematin.com, à travers deux de ses reporters.

C’est le chef de file de l’opposition qui a bouclé la série de discours en tirant à boulets rouges sur l’actuelle locataire du palais Sékhoutoureyah. Tout d’abord, Cellou Dalein Diallo a félicité la fédération de l’UFDG de Dubréka qui a organisé le meeting. Ensuite, il a exprimé la reconnaissance de l’opposition républicaine à l’Union Démocratique de Guinée (UDG) et à son président pour avoir « offert le siège du parti pour accueillir notre meeting », a dit Cellou Dalein.

Par la suite, c’est des flèches qui seront décochées contre le régime Alpha Condé : « cette mobilisation confirme que les guinéens sont déterminés, pour dire à Alpha Condé qu’on est fatigué du chômage, de la misère, de l’insalubrité, de l’insécurité, du non respect de la parole donnée, du non respect des lois de la République. Notre peuple souffre de malnutrition, de faim, d’injustice, de discrimination. On est entrain de compromettre l’avenir de la jeunesse en aggravant le sous-emploi au lieu de mener des politiques publiques susceptibles de créer pour cette jeunesse de l’espoir, de l’emploi…

« Je vous ai dit que la Guinée est entrain d’exporter des emplois en ayant renoncé à la construction d’une usine d’alumine sur le littoral, comme cela a été prévu au début des années 2000 par le gouvernement du général Lansana Conté. Ils ont décidé de renoncer à la construction des usines d’alumine alors que nous avions, dans les conventions, des engagements fermes des multinationales de transformer notre bauxite en alumine sur notre propre sol. Tous les gouvernements responsables à travers le monde comme l’Indonésie, la Malaisie, ont décidé mettre un terme à l’exportation de la bauxite brute pour la transformer sur leur propre sol, afin d’offrir à leurs jeunesses des emplois décents…

« C’est au même moment que le gouvernement guinéen apporte des amendements dans les conventions qu’on avait signées au début des années 2000, libérant complètement les multinationales de leur obligation de transformer notre bauxite sur place. Aujourd’hui, l’objectif de Mr Alpha Condé est d’atteindre 70 millions tonnes de bauxite exportées. Si celles-ci étaient transformées sur place, c’était 100 mille emplois, 35 fois Fria. Imaginez 100 emplois pour la jeunesse sur le littoral, on a renoncé à ça. C’est irresponsable, il faut le dénoncer. Lorsqu’on vous dit que le développement dépend de la qualité des politiques publiques, voilà un exemple.

« Sous l’effet de la corruption, ils ont décidé de modifier les conventions. On aurait eu ici plusieurs usines d’alumine et d’aluminium qui auraient employé, je dis bien, plus de 100 000 jeunes. Et ça aurait permis de lancer l’industrialisation de notre pays avec toutes les conséquences positives sur l’économie guinéenne et sur l’avenir de notre pays.

« Je vais revenir sur la mauvaise gouvernance. Nous avons la chance d’avoir dans l’opposition républicaine deux anciens ministres de monsieur Alpha Condé. Ils connaissent parfaitement comment les choses se passent. C’est lui (Alpha Condé, ndlr) qui décide de tout, d’attribuer les marchés de gré à gré. Makanéra est là, Papa Koly est là.

« Le premier gros marché attribué à une entreprise, c’est ASPERBRAS avec 144 millions d’Euros. Une petite entreprise qui n’avait ni les compétences techniques ni la surface financière pour exécuter le contrat. Mais, comme il y avait beaucoup de commissions, l’appel d’offres qui a été lancé a été annulé pour attribuer le marché à cette entreprise qui était soutenue par le cercle et l’argent a été distribué. On a annulé l’appel d’offres qui était lancé. Incapable de livrer la centrale à l’échéance fixée dans le contrat, on a continué à payer, à accroitre les avances, de l’argent a été distribué. Et lorsqu’on a renoncé 3 ans après, aucune poursuite, aucune indemnisation, aucune pénalité n’a été réclamée par le gouvernement guinéen parce que l’argent avait été partagé.

« Dans le secteur de l’électricité toujours, il ya AGREEKO. On a donné le marché à des amis qui sont allés chercher des entreprises qui ont livré à des prix qui ne correspondent pas à la valeur des prestations. Ça a aggravé les déficits au niveau de l’Etat et accru les subventions au secteur de l’électricité. Après, c’était K-Energy où on achète à 3 000 francs guinéens le kilowatt/heure qui est facturé aux citoyens guinéens à 700 francs guinéens. La différence, c’est les contribuables qui payent et c’est des commissions qui sont distribuées.

« La fourniture d’électricité est une très bonne chose, mais il faut la fournir au bon prix, pour que l’accès soit facile et que demain, ça crée pas des déficits. Aujourd’hui, pour enrichir le clan, on dit qu’l ya l’électricité, mais on l’achète à quel prix ? Quel est le coût réel ? Quelle est la part des commissions dans ce prix que nous payons alors que le clan s’enrichit ?

« Il faut qu’on se mobilise, marcher, exiger la transparence dans la gestion de notre économie, le respect de l’accord, pour dénoncer l’insécurité galopante, la cherté de la vie. Parce que cette cherté de la vie est conséquence e ma mauvaise gestion, de la corruption généralisée et du détournement de deniers publics. Nos ressources ne sont pas affectées là où elles devraient l’être.

« Il faut qu’on se mobilise et pour les 3 marches, il faut que Dubréka apporte sa contribution à cette mobilisation, parce que le peuple de Guinée compte sur l’opposition républicaine pour amener Alpha à faire une gestion plus vertueuse, pour qu’il y ait moins de faim, moins de chômage, pour que nos routes soient entretenues correctement, pour que les guinéens soient unis pour des valeurs universelles de liberté, de justice et de paix…

« C’est contre mauvaise gouvernance, cette absence de liberté, si non comment comprendre qu’un gouvernement vous interdise de tenir un meeting a siège d’un parti régulièrement agréé ? C’est la restriction des libertés. Heureusement qu’on a été ferme et ils ont vu votre détermination. C’est pourquoi ils sont revenus sur cette décision insensée d’interdire notre meeting dans le siège d’un parti membre de l’opposition républicaine. Ils ont senti votre détermination et ils ont reculé. Et chaque fois qu’on fera preuve de détermination, soyez sûrs qu’ils vont reculer. Et c’est pourquoi il faut que vous vous mobilisiez tous le mercredi 02 août, pour montrer à Alpha Condé que les revendications de l’opposition sont celles du peuple de Guinée. Il y aussi le mercredi 09, et le mercredi 16 aout qui est l’anniversaire de notre marche historique de 2016 qui avait conduit à l’ouverture du dialogue et à l’adoption l’accord politique du 12 octobre 2016… ».

Bâ Mamadou nous avait dit de ne pas avoir peur. Levez-vous, sortez !

Puis enchaînant en Poular, Cellou Dalein va haranguer la masse : « n’ayez pas peur. La peur est finie. Bâ Mamadou nous avait dit de ne pas avoir peur. Levez-vous, sortez ! Tout le monde doit battre le pavé le mercredi. Ne provoquez personne, n’insultez personne, ne fatiguez personne. Regardez, quand on sort, les gens sympathisent avec nous. Tout le monde ne peut pas venir pour le meeting ou la marche. Respectez ceux qui ne viennent pas. S’ils veulent passer, libérez la route pour eux. Ils nous aiment et eux-mêmes savent que le pouvoir là est une tortue, tant qu’on ne la chauffe pas, il n’y aura rien. Alors, nous comptons sur vous et nous savons que Dubréka ne sera pas derrière lorsqu’il faut lutter ».

Propos recueillis et décryptés par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin