C’est hier, jeudi, que la nouvelle a été portée à l’opinion publique. Avant-hier, mercredi, une pirogue s’est renversée dans le fleuve Konkouré avec à son bord trois jeunes hommes, tous âgés d’une vingtaine d’années. Un d’entre eux a pu atteindre la rive, mais les corps des deux autres ne sont pas retrouvés jusqu’à la matinée de ce vendredi 4 août 2017, a appris la correspondante de Guineematin.com du président de la délégation spéciale de Fria.

Ce mercredi, 02 août 2017, c’est aux environs de 17 heures que les trois amis, Aboubacar Bangoura, Ibrahima Sory Sylla et Alhassane Sidibé, se sont retrouvés et ont décidé de faire une partie de pêche dans ce fleuve qui leur est familier. Malheureusement, deux d’entre eux ne reviendront plus jamais !

Ibrahim Sory Sylla, qui a pu s’en sortir sain et sauf témoigne : «Ils sont venus de la ville et m’ont trouvé chez moi. Je leur ai demandé où ils allaient, ils m’ont dit qu’ils vont au fleuve. Comme moi aussi je m’y rendais, j’ai décidé de me joindre à eux pour une partie de pêche. Nous avons fabriqué une hanse que nous avons jetée dans l’eau. On était à bord quand Aboubacar, dit Français, nous a dit de traverser le fleuve. Je lui ai dit non restons ici, il a dit d’accord. Aux environs de 19 heures, j’ai dit approchons nous de l’eau parce que c’est en ce moment que les poissons sont faciles à capturer. On est entré dans l’eau pour récupérer notre hanse. Au retour, les vagues ont renversé la pirogue, je leur ai demandé s’ils savaient nager, ils m’ont répondu par l’affirmative. Nous avons donc commencé à nager, eux ils étaient devant moi, ils étaient presque arrivés au bord du fleuve lorsque je les ai perdu de vue », a expliqué le seul rescapé de cette noyade.

Pour sa part, le président de la délégation spéciale de la commune urbaine, présent au bord du fleuve où des personnes de bonne volonté s’activaient à rechercher les corps, a regretté cet accident avant de prodiguer quelques conseils aux pêcheurs. « Nous présentons nos condoléances aux familles éplorées et nous remercions toutes les personnes de bonne volonté qui sont entrain de chercher les corps dans l’eau. Ils nous ont dit qu’ils ont des techniques de recherche. Dieu l’a voulu ainsi, c’est le destin. Mais, nous demandons aux pêcheurs de tenir compte du temps avant d’aller à la pêche », a dit Amara Traoré hier, jeudi.

Joint au téléphone dans la matinée de ce vendredi par la correspondante locale de Guineematin.com, le président de la Délégation spéciale de Fria a indiqué que les corps ne sont toujours pas retrouvés.

A suivre !

De Fria, Djenabou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628286744/ 657106995

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin