L’assemblée générale ordinaire de l’UFDG de ce samedi 5 août 2017 a été marquée par la présence de plusieurs leaders de l’opposition. En plus de Cellou Dalein Diallo, il y avait l’ancien ministre de la Communication et désormais porte parole de l’opposition républicaine, Alhousseiny Makanéra Kaké, président du parti FND, Thierno Saïdou Bayo du PS et Boubacar Siddighy Diallo de l’UMP. Au nom de ses collègues, le porte parole de l’opposition a fait des confidences aux militants fortement mobilisés.

Guineematin.com vous propose le décryptage de l’intégralité du discours de monsieur Alhousseiny Makanera Kaké devant les militants

Les raisons de leur présence au siège de l’UFDG ce samedi 5 août 2017…

Nous avons décidé d’envoyer une délégation pour assister à l’assemblée générale de l’UFDG pour témoigner toute notre reconnaissance suite à cette importante manifestation qui est d’abord le fruit du travail de l’UFDG ; et, ensuite, des autres membres de l’opposition républicaine. Nous n’avons aucun complexe de dire et de répéter qu’Elhadj Cellou Dalein Diallo est leader politique le plus populaire de l’Afrique et par conséquent, l’UFDG est le plus grand parti en Afrique et pourquoi pas en Guinée. Et, s’il y a une manifestation réussie, c’est grâce d’abord à l’UFDG. Je voudrais également vous dire que si Dieu le veut bien, ce que vous avez semé, vous allez bientôt récolter : Elhadj Cellou Dalein Diallo sera Président de la Guinée.

L’ancien ministre de la Communication compare Cellou Dalein Diallo à Alpha Condé…

J’ai eu peut-être la chance ou la mal chance de fréquenter les deux personnes : Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo. Pour ceux qui comprennent le Pular, la différence entre les deux, « Ko Allah et Alaadou » (lisez : c’est comme celui qui veut comparer Dieu et à une corne). C’est pourquoi, j’ai décidé en toute connaissance de cause de devenir le griot d’Elhadj Cellou Dalein Diallo. Pourquoi je suis devenu son griot ? Parce qu’il a de la valeur, il a la bénédiction et il a la compétence. Je suis son griot parce qu’hier, j’ai menti. Hier, je me suis fait perdre et j’ai fait perdre beaucoup de guinéens. Hier, j’ai fait mentir des guinéens, j’en suis conscient. Et, c’est pourquoi, lors de ma passation de service, j’ai profité de cette occasion pour demander pardon au peuple de Guinée. Et, j’ai décidé aussi de venir demander pardon à mon frère Elhadj Cellou Dalein Diallo. Je l’ai fait pour une question de mémoire, de reconnaissance et de morale. En 2010, on a vu un candidat qui est resté longtemps dans l’opposition qui nous a promis la liberté, la démocratie, la lutte contre la corruption et l’injustice. Voilà des valeurs pour lesquelles j’ai accepté d’accompagner Alpha Condé et j’ai fait faire beaucoup de personnes, beaucoup de détours pour le suivre. Mais, aujourd’hui, avec le bilan, nous avons eu tord de croire en lui. C’est pourquoi, je demande, sincèrement, pardon à tous les militants de l’UFDG. Je n’en ai pas honte. J’en suis même fier parce que je suis en train de dire la vérité. Alpha Condé a dit qu’il est pour la justice ; mais, beaucoup de guinéens ont payé les frais de sa justice parce que les peulhs disent : « Mo Houlata Allah hino bhuri Allah Hulbhinaade » (lisez : celui qui n’a pas peur de Dieu fait peur plus que Dieu Lui-même).

Makanéra Kaké dénonce l’exclusion des cadres sur une base ethnique

J’ai vu, je vous le jure, des gens qui se sont battus avec nous qui étaient même à côté d’Alpha, qui ont été proposés à des postes de nomination, ils ont été dégagés simplement à cause de leurs noms. J’ai un ami qui vit actuellement à Kamsar, Yéro Diallo. C’est vrai, beaucoup de personnes pensent que quand on est ministre, on appartient au clan d’Alpha Condé. Ce n’est pas vrai. Vous pouvez être ministre ; mais, vous n’appartenez pas au clan, tout comme vous pouvez appartenir au clan sans être ministre ! C’est pour vous dire, aujourd’hui, beaucoup de personnes ont accédé à la cour de Sékoutouréya grâce à ma contribution parce que je me suis dit que je suis guinéen et je juge le guinéen et non l’ethnie, la région ou autre situation sociale. Je vais citer deux noms ; ils ne diront pas le contraire : l’actuel président de la Chambre d’Agriculture, quand vous allez lui demander, il ne dira pas le contraire. Il avait été rejeté tout simplement parce qu’Elhadj Cellou Dalein Diallo a passé la nuit chez lui à Boké. Je crois que l’ancien ministre de la Communication Dirus Dialé Doré ne dira pas le contraire, le combat que j’ai mené pour que tous les Guinéens soient égaux par rapport à la Présidence du Professeur Alpha Condé. Mais, ce que je vais dire à mes frères et sœurs de l’UFDG d’abord, c’est d’accepter le pardon de ceux qui se sont trompés hier. Ce que je vais dire aux autres avec qui hier nous étions dans la même barque, il ne faudrait pas qu’ils soient des gens qui ont été cités dans le Coran quand Dieu a dit : ‘’Des sourds, muets et aveugles, ils ne reviendront jamais’’. Quand vous vous trompez et que vous vous rendez compte que vous vous êtes trompés, acceptez de demander pardon et de revenir sur le bon chemin.

L’ancien ministre de la Communication parle des qualités de l’opposant Cellou Dalein Daillo…

J’ai rencontré Elhadj Cellou Dalein Diallo, il n’y a pas longtemps que j’ai commencé à le fréquenter. J’ai été émerveillé. Je me suis même demandé comment un guinéen peut rejeter un homme de la valeur et du charisme de Cellou Dalein Diallo. Son souci pour la justice, son ambition pour construire la Guinée, ses réalisations que j’ai vues de la Basse Côte jusqu’à Siguiri quand il était ministre des Travaux Publics prouvent à suffisance que ce monsieur, une fois Président, il va non seulement réconcilier les Guinéens mais construire notre pays.

Makanéra Kaké avait démissionné et remis sa lettre au Président Alpha Condé…

J’ai fréquenté le Professeur Alpha Condé. Je vais vous dire dans cette salle, de façon solennelle que c’est à cause d’une injustice parce que je suis contre l’injustice que j’ai accepté de perdre mon poste de ministre et le privilège de ministre. Les témoins sont encore vivants. Quand le Président Alpha Condé m’a demandé, suite à ma requête de faire ramener les cadres qui ont été injustement limogés à l’OGP, c’est-à-dire, le chef comptable et le responsable commercial, le clan de Alpha Condé a décidé de les envoyer en prison. ‘’Puisque vous êtes limogés, vous n’êtes pas satisfaits ; maintenant, on vous envoie à la maison centrale’’. J’ai été à la Présidence, j’ai discuté avec le professeur. J’ai peu comprendre que ces gens ont détourné neuf milliards. Par conséquent, j’ai dit qu’il y a eu trop de coïncidences douteuses dans l’affaire. Vous m’avez dit de les amener le jeudi, vendredi, la DPJ est saisie (…), il y a trop de coïncidences monsieur le Président. Le lendemain, j’ai tiré les conséquences de notre rencontre et j’ai mis dans ma lettre de démission : « monsieur le Président, j’aurais pu comme les autres me taire et laisser les autres innocents croupir en prison pour profiter de mes privilèges de poste de ministre. Mais, ce n’est pas à cause de ça que j’ai accepté de vous accompagnez. C’est pourquoi, je tire les conséquences de notre rencontre et j’ai décidé de rendre le tablier ». Il m’a appelé à la Présidence et m’a demandé. J’ai posé deux conditions : la première condition, je ne pouvais pas accepter qu’on envoie des innocents en prison. Aujourd’hui, ces personnes vivent encore. Ils sont là, ils peuvent témoigner ou bien la DPJ est là, vous pouvez suivre les traces du dossier.

Retour de Makanéra au sein du gouvernement Alpha Condé ?

Je vais vous dire maintenant pourquoi j’ai accepté de revenir dans ce gouvernement. Il a accepté de surseoir à l’emprisonnement des innocents, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soit. Il a accepté de faire nommer à leur place des cadres d’une manière régulière. Il a appelé Ansoumane Condé pour lui dire de nommer des cadres puisque c’était lui le plus compétent. Avec cette position, je pensais qu’on allait repartir sur des nouvelles bases. J’ai accepté de revenir au gouvernement. Voilà pourquoi j’ai accepté de revenir et de prouver mon attachement quand il s’agit du respect de la justice, des droits des autres.

Pour terminer, parce qu’on aura le temps de parler beaucoup, je vous prie de croire que mon rêve, mon espoir, c’est d’accompagner Elhadj Cellou Dalein Diallo jusqu’à Sékoutouréya. Je le veux pourquoi ? Parce j’entends beaucoup de choses. Certaines, je le dis ici, d’autres, je garde. Mais, Elhadj Cellou Dalein Diallo sera un homme, s’il est Président de la République, puisque j’ai pu le connaitre pendant ce petit temps que nous avons vécu ensemble, il va faire oublier beaucoup de préjugés.

Propos recueillis et décryptés par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41/664 53 16 42

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin