TPI Dixinn : menacé de mort par son fils, un père de famille demande au tribunal de le sauver

Tribunal de première instance de Dixinn

Enseignant de son état, Elhadj Saliou Diallo poursuit son fils, Abdoulaye Diallo pour injures, menaces et destruction de biens privés. C’est au courant mois de juin 2017, à Petit Simbaya dans la commune de Ratoma, que ces faits se sont déroulés, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après avoir été victime de menaces de mort et d’injures, Elhadj Saliou Diallo a aussitôt porté plainte contre son fils. Abdoulaye Diallo est aussitôt mis aux arrêts et déposé à la maison centrale de Coronthie, le 21 juin 2017. Le dossier a été jugé ce mardi 8 août 2017 au Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Expliquant sa mésaventure à la barre, le plaignant dira que ce n’est pas la première fois que son fils le menace. Mais cette fois-ci, dit-il, son fils s’est même attaqué aux locataires. « En l’an 2000, j’ai payé une voiture, il est venu la caillasser. Je l’ai envoyé à la police où il a pris des engagements de ne plus reprendre. La deuxième fois, il est allé à la cimenterie me trouver chez la coépouse de sa maman, il s’est introduit dans la chambre, il a cassé la télévision et la bibliothèque. Et cette fois-ci, j’ai discuté avec sa maman, il m’a menacé de mort. Il s’est attaqué aux locataires en enlevant le portail de la cour. Vraiment, j’en ai assez de lui. Parmi mes dix gosses, c’est seulement lui qui veut attenter à ma vie. Je vous demande de me sauver », a imploré le père devant le tribunal. Le fils, Abdoulaye Diallo, qui n’a pas nié les faits, dit regretter ces actes et a demandé pardon.

Cependant, le procureur Mohamed Samoura dans ses réquisitions, a fait comprendre que le prévenu a agi en pleine connaissance de cause. « C’est un juriste de formation qui a fréquenté la faculté de droit. Il est conscient de ce qu’il est en train de poser comme acte. Il n’a aucun respect à l’égard de son père. Il a même pris une arme blanche contre son père. Il a enlevé le portail. Alors, en vertu de l’article 282 du Code Pénal je vous demande de le condamner à 2 ans d’emprisonnement », a requis le procureur.

La défense, par la voix de maître Pépé Antoine Lamah, plaide non coupable et demande au tribunal de renvoyer son client des fins de la poursuite pour délit non constitué.

Pour la délibération, le tribunal a renvoyé le dossier au 17 Août 2017.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS